BFMTV

Un singe s'échappe d'une ferme au Liban, vadrouille en Israël et devra rentrer grâce à l'ONU

Photo d'illustration.

Photo d'illustration. - Judy Gallagher - Flickr

Après dix jours de cavale, un singe échappé de la ferme d'une religieuse au Liban a été récupéré de l'autre côté de la frontière, en Israël.

Il aura vu du pays. Pendant dix jours, un petit singe a vadrouillé dans les vallées et villages entre le sud du Liban et le nord d'Israël. Recueilli dans la ferme d'une religieuse française dans la bourgade de Qouzah, au Liban, le vervet bleu s'est échappé et est parvenu à traverser la frontière, à environ 3km.

Une fois de l'autre côté, il a été aperçu dans plusieurs villages, comme le rapporte The Times of Israël. Des villageois ont même tenté de l'attraper grâce à un piège dans la cour d'une école, mais le primate ne s'est pas laissé entourlouper et a continué sa cavale.

Sur une vidéo relayée par Haaretz, on peut notamment voir le singe gambader dans un hangar à bestiaux, sous l'oeil curieux d'un chien.

Il va être escorté par l'ONU

Il aura fallu cinq jours à une équipe de la "Monkey Forest" de Yodfat, en Israël, pour attraper le fuyard. La directrice de la structure a précisé au quotidien israélien que des femmes l'avaient finalement récupéré: "Je suis très fière de dire que c'était une affaire de femmes sur le terrain. Le singe s'est échappé de la ferme d'une nonne, et ce sont nous les femmes qui l'avons capturé avec patience, détermination, foi et amour".

Elle a également déclaré à Haaretz que le primate serait remis à l'ONU afin de pouvoir traverser la frontière et rejoindre sa maîtresse, à la tête d'une ferme libanaise accueillant musulmans, juifs et chrétiens; un "acte de paix", de "femmes oeuvrant pour la paix" selon la cheffe de la "Monkey Forest".

Liv Audigane