BFMTV

Paris ne veut plus d'animaux sauvages dans les cirques

Un tigre entraîné avant une représentation du cirque Ringling Bros. and Barnum & Bailey Circus, le 14 avril 2017 à Fairfax aux Etats-Unis. (Photo d'illustration)

Un tigre entraîné avant une représentation du cirque Ringling Bros. and Barnum & Bailey Circus, le 14 avril 2017 à Fairfax aux Etats-Unis. (Photo d'illustration) - Brendan Smialowski - AFP

Au terme d'un débat passionné, la Ville de Paris s'est engagée à devenir une ville sans animaux sauvages dans les cirques, renvoyant à l'État la responsabilité d'une interdiction.

C'est ce tigre qui s'est baladé en plein Paris, avant d'être abattu fin novembre, qui a replacé le débat, jusqu'ici moribond, sur le devant de la scène. L'animal, baptisé Mevy, s'était échappé du cirque Bormann, installé dans le 15e arrondissement.

Près d'un mois plus tard, et au terme d'un débat passionné sur les animaux sauvages dans les cirques et la maltraitance animale en général, ce mercredi, la Ville de Paris s'est donc engagée à devenir une ville sans animaux sauvages dans les cirques, sans échéance et en renvoyant à l'État la responsabilité d'une interdiction, une décision unanime saluée par les écologistes. Tous les élus parisiens ont voté un voeu de l'exécutif de la maire Anne Hidalgo affirmant que Paris, "non décisionnaire en la matière, s'engage pour une ville sans animaux sauvages dans les cirques, à une échéance à préciser avec l'État et les circassiens".

Des réunions prévues avec les cirques

Le groupe écologiste et l'UDI-Modem avaient de leur côté demandé que la Ville se prononce sur une "interdiction". Les "animaux sauvages dans les cirques ne sont pas bien traités. Ils sont exploités à des fins d'amusement et cela heurte de plus en plus de Parisiens", a affirmé Jacques Boutault, maire EELV du II arrondissement. "On ne peut pas parler à tout va de biodiversité dans toutes nos délibérations et trouver normal que des espèces hautement menacées d'extinction soient dressées à faire les clowns et enfermées dans des cages exiguës le reste du temps", a lancé Yann Wehrling, également porte-parole et secrétaire général du MoDem.

L'adjointe à la Nature en ville Penelope Komites a rappelé que les villes n'avaient pas de compétence juridique en la matière. Par ailleurs, une mission municipale sur le thème plus général des "animaux en ville" est en cours "et nous aurions préféré attendre ses conclusions", a-t-elle dit.

46 villes interdisent les cirques avec animaux

La Ville qui condamne "toutes formes de trafic des animaux et de maltraitance", organisera par ailleurs des réunions avec les propriétaires de cirques.

D'après la fondation 30 millions d'amis 46 municipalités en France refusent la venue de cirques avec animaux sur leur territoire. Les maires ont la possibilité de prendre un arrêté municipal ou de faire voter cette interdiction. Plusieurs acteurs de la cause animale ont interpellé la mairie de Paris ces dernières semaines sur cette question parmi lesquels le président de la LPO Allain Bougrain-Dubourg.

Quinze philosophes, scientifiques et historiens ont aussi signé une tribune dans Sciences et Avenir réclamant cette interdiction à Paris.

Carole Blanchard avec AFP