BFMTV

VTC: des clientes d'Uber harcelées sexuellement par des chauffeurs

Passager et chauffeur d'Uber, chacun a accès au numéro de téléphone portable de l'autre

Passager et chauffeur d'Uber, chacun a accès au numéro de téléphone portable de l'autre - Eliot Blondet - AFP

Depuis quelques jours, des témoignages de femmes ayant été harcelées par des conducteurs de la société de VTC à Paris se multiplient sur Twitter. Uber prend l'affaire très au sérieux et pousse ses clientes à dénoncer les comportements abusifs.

Des chauffeurs un peu trop chauds? A Paris, elles sont désormais plusieurs à se plaindre via Twitter d'être contactées en dehors du cadre professionnel par des conducteurs d'Uber, la société de VTC, a constaté mardi Libération

"Je suis dispo pour toi gratis"

A l'instar de Mimi, jeune cliente, qui dit en avoir assez de se faire draguer par un des chauffeurs qui l'a un jour déposée. "Tu es très charmante", "Je suis dispo pour toi gratis"...tels sont les messages reçus sur son téléphone portable, une fois la course effectuée. Car, à la différence d'une compagnie de taxis traditionnelle, Uber envoie le numéro personnel des clients aux chauffeurs et vice-versa.

Des messages qui font le tour du web. Le sms de Céline a ainsi été retweeté plus de 180 fois avec la même "résolution" pour 2015: celle d'arrêter Uber.

Pourtant, le phénomène n'est pas nouveau. Le 26 novembre, Marjorie tweetait ce message dans l'indifférence...

Un comportement interdit par la société

De son côté, la société de VTC assure prendre l'affaire très au sérieux. A chaque plainte sur Twitter, le compte Uber Paris s'empresse de répondre et invite les mécontentes à dénoncer les auteurs de ces comportements déplacés.

"Il est interdit à nos chauffeurs de contacter un utilisateur après le transport. Tout manquement à notre charte de qualité, et a fortiori à la loi, entraîne une suspension immédiate, puis définitive si l'incident s'avère confirmé", a réagi la société jointe par Libération.

"Nous avons enclenché un processus pour mener une enquête, mais si ces jeunes femmes ne souhaitent pas nous donner plus de détails, il nous est impossible d'aller au bout de la procédure", a cependant insisté Uber.

Alors que la polémique prend de l'ampleur sur le réseau social, syndicats et compagnies de taxis en profitent pour récupérer quelques clients...

Mélanie Godey