BFMTV

Votre épargne salariale disponible en juillet

L'argent débloqué ne sera pas imposable.

L'argent débloqué ne sera pas imposable. - -

La proposition de loi pour débloquer l’épargne des salariés en juillet est débattue en ce moment à l’Assemblée nationale. 12 millions de personnes sont concernées et pourront débloquer jusqu’à 20 000 euros. Mais certains spécialistes estiment que la consommation ne devrait pas suivre.

Si vous faites partie des 12 millions de salariés qui possèdent une épargne salariale en France, vous pourrez bientôt taper dans la caisse. Votre épargne salariale sera disponible en juillet, comme François Hollande l’avait annoncé lors de sa dernière interview télévisée il y a six semaines. Une proposition de loi déposée par plusieurs députés socialistes est examinée depuis ce lundi à l'Assemblée. Normalement bloquées pendant cinq ans, ces sommes seront maintenant disponibles à hauteur de 20 000 euros en une fois, et ce durant six mois. Elles ne seront pas non plus imposables.

10% de l’épargne à débloquer

Si l’idée paraît idéale sur le papier, les choses sont parfois un peu plus complexes. En moyenne, un salarié possède un peu moins de 7 000 € en intéressement et participation, et la moitié de cette somme est là depuis plus de 5 ans, donc déjà disponible. La somme versée cette année n’est pas non plus disponible. D’après certains professionnels, il ne resterait donc que 10% de l’épargne totale à débloquer. Et en 2008, l'immense majorité de l'argent n’avait même pas été consommée mais mise sur d'autres comptes épargne.

« On espère relancer la consommation »

Christian Eckert, l'un des dépositaires de la proposition de loi, estime toutefois que la loi peut apporter un souffle à l’économie. « La mesure est simple : pendant six mois, on peut débloquer 20 000 euros en une seule fois, sans condition, sans imposition, et on souhaite que cet argent soit rapidement injecté dans l’économie », résume le député. « Si ça peut les décider à acheter un véhicule neuf, faire des travaux dans leur maison, c’est tout l’intérêt de ce type de mesures, qui ont déjà été prises par le passé. On n’a pas inventé là quelque chose de révolutionnaire, néanmoins on espère comme ça relancer la consommation ».

Mathias Chaillot avec Matthieu Moulin