BFMTV

Votre carte d'identité sera bientôt biométrique

La future Carte nationale d'identité sera équipée d'une puce contenant les empreintes digitales du titulaire.

La future Carte nationale d'identité sera équipée d'une puce contenant les empreintes digitales du titulaire. - -

Le Sénat examine ce mercredi la proposition de loi qui instaurera, d'ici 2013, une nouvelle Carte nationale d'identité. Une puce contiendra les empreintes digitales. Objectif: lutter contre la fraude grandissante.

Notre carte d'identité va bientôt changer d'aspect. Au rectangle souple plastifié actuel, succèdera un document au format d'une carte de crédit ou d'une carte Vitale, équipé d'un circuit imprimé. Sur cette puce seront enregistrées les données d'Etat civil du titulaire (nom et prénom, domicile, date de naissance, caractéristiques physiques) mais également ses empreintes digitales. Les services administratifs et les commerçants seront équipés de lecteurs sur lesquels une pression du doigt permettra d'authentifier - ou pas - le détenteur de la carte. Prévue pour entrer en service en 2012 ou 2013, elle sera gratuite et non obligatoire. Tout comme le passeport biométrique actuel, elle ne sera attribuée qu'aux Français demandant pour la première fois le document ou procédant à son renouvellement.

Renforcer la lutte contre la fraude à l'identité

Nous pourrons donc conserver notre actuelle carte d'identité jusqu'à sa date de fin de validité. L'objectif de cette réforme est de lutter plus efficacement contre les fraudes à l'identité. L'usage de faux papiers en premier lieu, mais également la pratique de l'usurpation qui explose en France depuis quelques années. On évalue à 400.000 le nombre de citoyens qui en sont victimes, et qui éprouvent par la suite toutes les peines du monde à prouver qui ils sont. Ces informations biométriques seront conservées dans une base de données nationale, mais ne devraient servir qu'à l'identification des intéressés, et non à des investigations policières par exemple. Les défenseurs des libertés s'inquiètent en effet d'éventuels abus dans l'utilisation et la conservation de ces données.