BFMTV

Voiture-bélier à Sept-Sorts: comment va se dérouler l'enquête

Lundi 14 août au soir, un homme a foncé à bord de sa BMW sur une pizzeria de Sept-Sorts, en Seine-et-Marne.

Lundi 14 août au soir, un homme a foncé à bord de sa BMW sur une pizzeria de Sept-Sorts, en Seine-et-Marne. - BFMTV

Peu avant 20h30 lundi 14 août, un homme à bord d'une voiture BMW a foncé sur la terrasse d'une pizzeria de Sept-Sorts, en Seine-et-Marne, tuant une adolescente de 12 ans et blessant une dizaine de personnes. L'Institut de recherche criminelle de la gendarmerie nationale (IRCGN) est attendu sur place ce matin.

L'Institut de recherche criminelle de la gendarmerie nationale (IRCGN) s'est rendu mardi matin à Sept-Sorts, en Seine-et-Marne, pour tenter de reconstituer le drame de la veille. Peu avant 20h30 lundi, un homme à bord d'une voiture BMW a foncé sur la terrasse d'une pizzeria de Sept-Sorts, en Seine-et-Marne. Il a tué une jeune fille de 12 ans et blessé 13 personnes, selon le dernier bilan communiqué par le ministère de l'Intérieur.

La voiture de ce dernier a été retirée de la scène de crime quelques heures après le drame, aux alentours de 3h30, après avoir été minutieusement fouillée. Des démineurs avaient été appelés en renfort le temps de mener des vérifications. Aucune arme n'a été retrouvée à bord malgré les déclarations de l'assaillant qui assurait posséder une Kalachnikov.

Désormais, la terrasse de la pizzeria a été recouverte d'une bâche et interdite d'accès par la gendarmerie, qui est toujours sur place. L'Institut de recherche criminelle de la gendarmerie nationale (IRCGN), équivalent de la police scientifique, a dans la matinée de ce mardi modélisé la scène de crime en 3D grâce à un laser scanner avec pour objectif de retracer la trajectoire du véhicule. Cela permettra de l'analyser a postériori.

L'homme aurait tenté de mettre fin à ses jours

Pour le moment, les enquêteurs de la gendarmerie n'ont retrouvé aucune trace de freinage sur place, ce qui semble indiquer que l'homme a agi de façon intentionnelle. "Il n'y a aucun doute possible sur le fait qu'il a volontairement décidé" de commettre cet acte, affirmait lundi soir le procureur adjoint de Meaux.

Ce Français de 32 ans et habitant de la ville voisine de La Ferté-sous-Jouarre semble avoir un profil "instable", selon les mots du porte-parole de la place Beauvau. Il a notamment déclaré aux policiers "avoir tenté de mettre fin à ses jours" la semaine dernière, sans succès. Il aurait alors décidé de "recommencer de cette manière-là", a indiqué la source judiciaire. Le suspect est actuellement en garde à vue à la brigade territoriale de Crécy la Chapelle, où il a été transféré dans la nuit

Le procureur de la République adjoint de Meaux, Eric de Valroger, a expliqué avoir ouvert une enquête en flagrance pour "homicide volontaire avec arme", "tentative d'homicide volontaire avec arme" et "conduite sous l'emprise de stupéfiant". Le suspect a reconnu en garde à vue avoir absorbé un "quantité importante de médicaments" avant le drame. Les premières analyses toxicologiques ont permis de déceler des traces de stupéfiants dans les urines du trentenaire. Une prise de sang devra confirmer ces résultats.

M.P