BFMTV

Villepinte: le corps retrouvé démembré est celui d'Afif, un étudiant tunisien de 19 ans

Cette photo postée sur Facebook le 24 juin sur son profil montre Afif Chebil devant Notre-Dame-de-Paris. Elle a été reprise sur une page créée en son hommage.

Cette photo postée sur Facebook le 24 juin sur son profil montre Afif Chebil devant Notre-Dame-de-Paris. Elle a été reprise sur une page créée en son hommage. - Page d'hommage à Afif Chebil - Facebook

L'étudiant tunisien, décrit par sa famille comme sage et instruit, était arrivé en France fin août pour entamer un cursus universitaire à Paris. Son corps, démembré, a été retrouvé à Villepinte, en Seine-Saint-Denis, le 2 septembre.

Qu'est-il arrivé à Afif Chebil? Le corps retrouvé démembré dans des sacs poubelles, le 2 septembre dernier à Villepinte, a été identifié comme celui de cet étudiant tunisien, arrivé en France pour la rentrée scolaire et qui devait fêter ses 20 ans en octobre.

Sur son profil Facebook, des photos publiées le 17 juin dernier montrent un jeune homme brun, chemise sur t-shirt et lunettes de soleil, posant devant les principaux monuments parisiens. Ou encore au Stade de France, trois jours plus tard, avant "le concert de One Direction", indique-t-il.

En France depuis le 27 août

Originaire de M'saken, dans l'Est de la Tunisie, Afif Chebil était arrivé en France pour suivre des études à l'université Paris-VII Diderot. Il avait auparavant étudié à l'Ecole nationale d'architecture et d'urbanisme de Tunis.

Selon son oncle, cité par la radio tunisienne Shems FM, Afif était malvoyant et avait dû interrompre ses études à Tunis à cause de son handicap. C'est pour cette raison qu'il s'était tourné vers un cursus en France, où il s'était une première fois rendu fin juin pour les inscriptions. Il avait quitté définitivement la Tunisie le 27 août "pour terminer son inscription à la fac et trouver un logement".

Le 30, le jeune homme apparaissait sur sa dernière photo postée aux côtés d'un ami à Aulnay-sous-Bois. Et le lendemain soir, il se connectait sur Skype pour discuter avec ses proches. Il était minuit. "Il allait se coucher, il était tout à fait normal", précise le même oncle à l'AFP.

"Pas particulièrement aventureux"

Pour ses proches, c'est l'incompréhension. Son oncle le décrit comme "instruit", "sage", et "pas particulièrement aventureux". Sur Facebook, plusieurs pages ont été ouvertes en hommage à Afif Chebil, demandant que son tueur "soit arrêté".

Le 2 septembre, le corps de l'étudiant avait été retrouvé en plusieurs morceaux, dans des sacs poubelles déposés sur le boulevard circulaire de Villepinte, en Seine-Saint-Denis. Une enquête a été confiée à la brigade criminelle de la police judiciaire.

Mathilde Tournier, avec AFP