BFMTV

VIDEO - Home-jacking près de Marseille: "Mes enfants sont traumatisés"

C'est dans cette maison que les hommes armés ont pénétré en pleine nuit.

C'est dans cette maison que les hommes armés ont pénétré en pleine nuit. - BFMTV

VIDEO. A Gignac-la-Nerthe, dans les Bouches-du-Rhône, quatre cambrioleurs armés ont braqué une maison en pleine nuit, terrorisant la famille qui y habite. Le père s'est confié à BFMTV. Témoignage

Dans la nuit de lundi à mardi, il est presque 1 heure du matin quand la baie vitrée d'une maison familiale de Gignac-la-Nerthe, près de Marseille, vole en éclats. Quatre hommes, cagoulés de masques à l'effigie de Scream, personnage horrifique de cinéma, armés d'une barre de fer, d'un couteau, et d'une arme de poing, pénètrent dans la maison.

"La petite a eu le couteau sous la gorge"

Trois enfants, âgés de 4 à 13 ans, et leurs deux parents sont là. Les hommes fracassent les portes des pièces jusqu'à tomber sur les habitants des lieux. Le père de famille, rencontré par BFMTV, est encore sous le choc après ce home-jacking.

"Mes enfants sont traumatisés, surtout la petite dernière, qui a eu le couteau sous la gorge devant ma femme. Ils me disaient "Donne-moi ton or, donne-moi ton argent!" Je leur ai répondu: "Je vous donne tout, faites pas les cons, laissez les enfants tranquille..." Je leur ai ensuite dit que l'or se trouvait dehors, à mon bureau."

"C'est là où j'ai décidé de me défendre"

Une phrase qui passe mal. "Là, l'un d'eux m'a pris la tête entre les bras, avec le couteau. J'ai cru qu'il allait m'égorger. C'est là où j'ai décidé de m'extraire de ses bras et de me défendre", poursuit le père de famille. S'ensuit une bagarre, dans laquelle il sera blessé d'un coup de couteau à la main, qui lui vaut d'être actuellement hospitalisé.

Le père décrit quatre hommes qui semblaient "relativement jeunes". "Je ne leur faisais pas confiance, je me disais qu'ils pouvaient peut-être être aussi paniqués que moi. C'est parce que j'ai envisagé le pire que je me suis dit que je devais tenter quelque chose."

Les hommes prendront finalement la fuite sans blesser physiquement la mère de famille et les enfants, avec un très maigre butin: des bijoux fantaisie et une carte bancaire, dont ils n'ont pas obtenu le code.

A. G. avec Perrine Baglan