BFMTV

VIDEO - A Paris, le crack fait des ravages

L'évacuation de la "colline du crack" il y a dix jours porte de la Chapelle n'a pas réglé le problème de cette drogue très addictive à Paris. Dans le nord de Paris, la consommation de crack serait même en augmentation et continue de faire des ravages.

Depuis des années, dealers et acheteurs se croisent sur une petite parcelle à l'entrée du périphérique, près de la porte de la Chapelle. Un véritable supermarché du crack à ciel ouvert, surnommé "la colline du crack". Ils sont nombreux à se rendre ici quotidiennement pour consommer et acheter cette drogue comme Pierre, au volant de sa voiture avec une pipe à crack à la main.

"Tout le monde le sait. Tout le monde est attiré à fumer là. A la fin vous avez toujours l'impression qu'il manque quelque chose, ils sont tout le temps à rechercher de ça, ça leur ronge le cerveau", raconte ce consommateur. 

Composé de cocaïne et d'un mélange de substances comme l'ammoniaque, le crack qui se présente sous forme de petits cailloux est brûlé par les consommateurs qui respirent ses vapeurs. Sur la colline, tout le monde convoite cette drogue.

"Il y en a beaucoup qui viennent à la base pour acheter. Ils se retrouvent là, sous une tente et à rester là, à aller faire la manche alors qu'ils avaient une situation, une vie", poursuit Pierre. 

"Ils font de la mendicité, ils peuvent agresser"

Malgré l'évacuation de ce lieu il y a une dizaine de jours par la préfecture de police, la situation ne change pas. Elle devient invivable pour les riverains.

"Jusqu'à la semaine dernière, ils étaient sur le rebord du talus et maintenant ils sont remontés d'un cran. Ils sont évacués, mis à l'abri mais certains ne veulent pas donc ils reviennent. Ils font de la mendicité, mais ils peuvent agresser aussi, ils pourraient être dangereux", explique Reynald, un habitant du quartier. 

Le problème du crack n'est pas récent dans la capitale. Il y a 20 ans à Stalingrad, les consommateurs occupaient déjà la place. Aujourd'hui, la situation n'a pas changé et il est habituel d'assister à du trafic ou encore de voir ses usagers sous l'emprise de la drogue en plein jour

"La carte du crack, c'est un aller-retour permanent. La géographie du marché du crack change un petit peu d'années en années mais avec une tendance à l'extension, à être beaucoup plus étendue au niveau du territoire qu'il ne l'était avant", souligne Agnès Cadet-Taïrou, chercheuse à l'Observatoire français des drogues. 

Les lieux de consommation et de vente du crack se concentrent dans le nord de Paris.
Les lieux de consommation et de vente du crack se concentrent dans le nord de Paris. © BFM Paris

Les consommateurs "ne peuvent plus penser à autre chose"

Selon l'Observatoire, la consommation de crack aurait augmenté ces deux dernières années dans la capitale. Peu chère, cette drogue est très accessible avec des doses de quelques euros qui se troquent ou se monnayent contre des services sexuels. 

"Il y a plusieurs profils d'usagers spécifiques qui se sont mis au crack en 2017 et 2018. Elle est très addictive. Les consommateurs de crack précaires n'arrivent plus, ne peuvent plus penser à autre chose", ajoute-t-elle. 

Même si le trafic reste concentré dans le nord de la capitale est alarmante. Dans le 18e arrondissement, Eric Lejoindre, le maire PS craint "que la situation s'aggrave" et en appelle à l'Etat. Il réclame "un plan crack" au gouvernement "pour faire en sorte qu'on ait des structures suffisamment nombreuses et suffisamment importantes pour accueillir cette population et lutter contre l'usage du crack". 
C. B avec William Helle