BFMTV

Viande de cheval : que deviennent les plats retirés de la vente ?

La plupart des grandes surfaces auraient déjà détruit leurs stocks de produits à base de viande de cheval.

La plupart des grandes surfaces auraient déjà détruit leurs stocks de produits à base de viande de cheval. - -

A Lille, une association d’aide aux démunis a décidé de distribuer les raviolis à la viande de cheval et vendus par la société Spanghero comme du bœuf à ses bénéficiaires. Mais à l’échelle nationale, rien ne bouge : Etat, associations et grandes surfaces se renvoient la balle et personne ne veut payer la distribution ni le stockage.

Le 28 février dernier, Benoit Hamon annonçait sur RMC que les plats au cheval pourraient être redistribués par les associations d'aide aux démunis. Mais depuis, c’est l’attente. Les modalités de cette redistribution ne sont toujours pas définies et Etat, grandes surfaces et associations doivent encore se mettre d'accord sur le transport et le stockage. Beaucoup de distributeurs réfléchiraient aussi au manque à gagner et à la manière de se faire rembourser ces invendus de plats présentés comme du boeuf, mais contenant en réalité de la viande de cheval.
Face à cette situation, certains ont décidé de prendre les devants, révèle RMC : le Secours Populaire de Lille, en partenariat avec Leclerc, distribue ainsi depuis un mois des conserves de raviolis à base de cheval à ses bénéficiaires.

« Ça reste comestible »

Pour que personne ne soit pris par surprise, l’association a placardé une grande affiche au-dessus des boites de raviolis pour préciser qu’il s’agit de viande de cheval et non de bœuf. Mais pour Frédéric, l’un des bénéficiaires de l’association, il n’y a pas de problème : « Au contraire, le cheval c’est bon. Que ce soit du cheval ou du bœuf, qu’est-ce qu’on en a à faire ? Ça reste comestible ». Frédéric est d’ailleurs étonné que la question soit encore posée. « Il vaut mieux que ça serve à des personnes comme moi ou d’autres plutôt que ce soit balancé à la destruction dans les centres d’incinération ».

« Il vaut mieux les distribuer gratuitement »

Mais si Lille a pris les devants, Jean-Louis Callens, le secrétaire général du Secours Populaire, attend maintenant un geste de toutes les grandes surfaces. « On a sollicité tout le monde, et tout le monde dit "on va attendre de voir si c’est moins cher de jeter ou de donner". De toute façon, si c’est en attente, c’est pour jeter, donc il vaut mieux distribuer gratuitement ». Ces questions bloquent pour l’instant toute redistribution à l’échelle nationale. Contacté par RMC, le ministère de la Consommation a informé que la plupart des produits surgelés enlevés des rayons étaient de toute façon… déjà détruits.

Sur RMC, Benoit Hamon annonçait que les plats seraient redistribués :

Mathias Chaillot avec Lionel Top