BFMTV

Viaduc de Gennevilliers: un retour à la normale n’est pas prévu avant 2019

Une partie du mur de soutènement du viaduc de Gennevilliers s'est effondrée le 15 mai 2018.

Une partie du mur de soutènement du viaduc de Gennevilliers s'est effondrée le 15 mai 2018. - BFM Paris

Les travaux de réparation du viaduc de Gennevilliers devraient débuter cet automne et se prolonger jusqu'au début de l'année 2019.

Les automobilistes qui ont l’habitude d’emprunter l’A15 passant par le viaduc de Gennevilliers vont devoir prendre leur mal en patience. La Direction des routes d’Île-de-France (DiRIF) a annoncé dans un communiqué qu’un retour à une circulation normale n’est pas attendu avant début 2019. Cette date estimée est celle correspondant à la fin des travaux de réparation.

Le 15 mai dernier, un mur de soutènement du viaduc de Gennevilliers s’était effondré entraînant la fermeture de l’autoroute pendant plusieurs jours. Une réouverture partielle a néanmoins pu être opérée mais les deux voies de droite dans le sens province-Paris ont dû être neutralisées. La vitesse de circulation a aussi dû être réduite à 70 km/h sur le tronçon concerné.

L’A15 fermée du 22 au 24 juin

Depuis le 19 mai, la DiRIF explique mener des interventions quotidiennes pour sécuriser les abords du mur de soutènement et permettre des investigations approfondies, un préalable nécessaire avant les travaux de réparation. L’une de ces interventions entraînera ainsi une fermeture à la circulation sur l’A15 en direction de Paris dès le vendredi soir 22 juin et jusque dans la nuit du samedi au dimanche 24 juin. Une dalle de plus de 40 tonnes, rendue instable après l’effondrement du pan de mur, doit être évacuée par grutage au cours de ces deux jours.

Il faudra attendre la fin des opérations de sécurisation, les différentes expertises et la validation des procédures de chantier pour que les travaux de réparation du remblai et de la chaussée débutent pour de bon. Ces derniers devraient ainsi débuter en octobre et devraient durer jusqu’au début de l’année 2019, selon la DiRIF.

Hervine Mahaud