BFMTV

Vers une hausse de 4% à 5% du prix du gaz en juillet

GDF Suez augmentera à nouveau ses tarifs le 1er juillet prochain, dans une fourchette de 4% à 5%, selon l'édition internet du Figaro. /Photo d'archives/REUTERS/Stephen Hird

GDF Suez augmentera à nouveau ses tarifs le 1er juillet prochain, dans une fourchette de 4% à 5%, selon l'édition internet du Figaro. /Photo d'archives/REUTERS/Stephen Hird - -

Près de 5% d'augmentation sur la facture de gaz. C'est la mauvaise surprise que devraient avoir les consommateurs à partir du 1er juillet prochain.

GDF Suez augmentera à nouveau ses tarifs le 1er juillet prochain, dans une fourchette de 4% à 5%, écrit jeudi Le Figaro dans son édition internet. Le quotidien, qui s'appuie sur la formule de fixation des prix du gaz, précise que la décision d'une éventuelle hausse fait débat, notamment au sein du gouvernement. GDF Suez s'est refusé à tout commentaire, indique Le Figaro.

Cette hausse n'est pas encore officielle. Pour la valider, GDF Suez doit saisir la Commission de régulation de l'énergie (CRE), qui, par ailleurs, s'interroge sur la formule de fixation du prix, pour laquelle un audit a été lancé.

La hausse d’octobre fera beaucoup plus mal...

De leur côté, les experts ont déjà fait leurs calculs : le prix du gaz dépend du prix du pétrole. Et d'après cette formule, l'augmentation du prix du gaz devrait être de 4,5 % en juillet. En avril dernier, il s'était déjà envolé de près de 10%. Soit 12 à 85 euros en plus sur les factures annuelles. Alors, GDF Suez se défend : les prix du gaz en France comptent parmi les plus bas d'Europe. Et en 2009, les prix avaient chuté de plus de 11%. Mais le gouvernement, qui s'attend au tollé des consommateurs, étudie plusieurs options. La première : changer les règles de calcul du prix du gaz afin de le stabiliser. Une autre possibilité : accroître au contraire cette augmentation du 1er juillet. Car la prochaine hausse, celle du 1er octobre, risque de faire beaucoup plus mal, au moment où les Français remettent le chauffage en route.

La Rédaction, avec K. Laffin et Reuters