BFMTV

Vapeur et sans reproche

-

- - -

Pour les fumeurs, l'alternative proposée à l’interdiction de fumer dans les lieux publics est... électronique.

Ça ressemble à une cigarette, ça a le goût de la cigarette mais ça n'en est pas une : la cigarette "électronique" se vend de plus en plus en France et l'interdiction de fumer dans les lieux publics renforce son intérêt depuis le premier janvier. La cigarette électronique reproduit artificiellement le goût et la fumée d'une cigarette blonde.

A Clairac, commune de 2.500 habitants du Lot et Garonne, Richard Pfeiffer, un ancien mécanicien, vient de lancer "Liberty-Cig", une cigarette électronique qu'il importe de Chine et dont il est l'unique distributeur en France via internet. La cigarette électronique se vend sous forme de kit (un kit contient une cigarette, une batterie et 5 recharges contenant ou pas de la nicotine). Une fois le kit acheté, il n'y a que les recharges à renouveler (le prix d'une recharge équivaut en moyenne à un paquet de cigarettes). Lancé il y a un mois, le site géré par Richard Pfeiffer enregistre une centaine de commandes de kits par semaine à travers toute la France.

Surprenant dans les lieux publics

Richard Pfeiffer, le distributeur de la "Liberty-Cig" en France , remarque que dans les lieux publics « on se fait parfois sauter dessus par les services de sécurité ». Il doit alors « s'armer de son plus grand sourire et expliquer simplement qu'on n'est pas en train de fumer mais d'inhaler de la vapeur ». Même si on le « regarde avec des grands yeux, très vite s'installe un climat de confiance et les gens s'y intéressent, en particulier les fumeurs ».

La rédaction et Olivier Schwartz