BFMTV

Une étudiante virée de chez McDo pour avoir passé ses examens

Une étudiante, employée par un restaurant McDonald's, attaque l'entreprise aux Prud'hommes après avoir été licenciée... alors qu'elle passait ses examens de droit.

Une étudiante, employée par un restaurant McDonald's, attaque l'entreprise aux Prud'hommes après avoir été licenciée... alors qu'elle passait ses examens de droit. - Rémy Gabalda - AFP

Une jeune femme attaque McDonald's aux Prud'hommes, le géant de la restauration rapide. Alors en CDI, elle avait demandé quelques jours de congés afin de pouvoir réviser et passer ses examens de droit. Ce qui lui a valu d'être licenciée.

Pas si flexibles que ça, chez McDonald's? L'entreprise américaine est la cible d'une plainte aux Prud'hommes, dans les Côtes-d'Armor, pour avoir licencié une jeune employée alors qu'elle passait ses examens de droit.

D'après Europe 1, qui dévoile l'information, l'étudiante âgée de 20 ans, au moment de signer son CDI, avait bien précisé qu'elle aurait besoin à la fin de l'année de prendre quelques jours, pour réviser et passer ses partiels. Aucun souci, lui aurait assuré le manager du McDo de Lamballe, au moment de parapher son contrat.

"Mes études ne sont pas leur problème"

Problème: quelques jours avant la date fatidique, Camille se voit refuser sa demande de congés. "Je leur ai dit un mois avant que j’allais passer mes examens", a expliqué la jeune femme, interrogée par la radio.

"Une des responsables m’a répondu que mes études n'étaient pas leur problème et qu’ils avaient des clients à servir chez McDo", a-t-elle poursuivi, avant de conclure: "Ce n’est pas une faute d’être allée à ces examens". Une question à laquelle les Prud'hommes devront répondre.

40% des employés McDo sont des étudiants

On peut être frappé par le décalage entre le traitement de cette affaire et l'image que souhaite se donner l'entreprise au travers de ses pubs. Premier créateur d'emplois en France, McDonald's est également le premier recruteur d'étudiants en France, 40% de ses employés en sont.

"Aujourd’hui, de nombreuses publicités montrent que McDonald's avantage les étudiants", rappelle François Maquaire, le juriste du syndicat CTFC chargé de défendre Camille. "Comment peut-on accepter, au niveau moral et éthique, qu’une salariée ne puisse pas aller à ses examens alors qu’elle travaille chez McDo?", s'est-il demandé, toujours sur Europe1. Un sujet sur lequel l'entreprise n'a pas souhaité s'exprimer.

Jé. M.