BFMTV

Un tiers des demandes de divorce sont formulées juste après les fêtes de fin d'année

Photo d'illustration

Photo d'illustration - Image Flickr

Après les fêtes, le début de l'année rime parfois avec divorce. Une étude montre que les festivités de Noël et du Nouvel An mettent à rude épreuve certains couples, jusqu'à la séparation.

Bonnes résolutions riment parfois avec séparation: un divorce sur trois a lieu après les fêtes de fin d'année. Une étude réalisée par Kantar TNS pour le site de rencontres DisonsDemain.fr assure qu'un tiers des demandes de divorce chez les plus de 50 ans sont formulées dans les premiers jours de la nouvelle année, révèle Le Parisien.

"C'est une période critique"

Un moment qui met à rude épreuve les couples. Selon 20% des personnes interrogées, la période des fêtes cristallise les tensions déjà existantes. Ce que confirme pour le quotidien Camille Rochet, psychothérapeute conjugale dans les Yvelines.

"C'est une période critique (...) Elle met une grosse pression: il faut que tout se passe bien. On regarde plus que d'habitude l'attention que l'autre porte sur soi. Ce moment est symbolisé par le cadeau notamment (...) Lorsque le mal-être est latent, Noël est le moment où les déceptions sont les plus cruelles." 

Le site de rencontre qui a commandé l'enquête dresse le même constat. "Nous connaissions ce phénomène de saisonnalité des ruptures, poursuit pour Le Parisien Sophie Ak Gazeau, vice-présidente du site DisonsDemain.fr. D'ailleurs, nous avons constaté un pic des inscriptions au 26 décembre et lors du premier dimanche de janvier."

123.537 divorces en 2014

Selon l'Insee, quelque 123.537 divorces ont été prononcés en France en 2014, plus de la moitié l'ont été par consentement mutuel. Pascal Anger, médiateur familial et psychothérapeute de couple à Paris, a remarqué que cette période était "l'occasion de faire le bilan, de remettre les compteurs à zéro et donc, parfois, de décider de tout recommencer".

"On attend beaucoup de ce moment. Il impose le devoir d'être dans la joie. Mais lorsque à l'intérieur des vieilles rancœurs bouillent, ce décalage peut tout faire exploser", analyse-t-il pour Le Parisien.

Depuis la mise en place du divorce sans juge qui permet à un couple de se séparer sans passer devant un tribunal le 1er janvier 2017, le nombre de séparations par consentement mutuel devant les tribunaux a chuté de 94%. Ce sont ainsi les avocats de chaque conjoint et un notaire qui règlent le divorce. 

Céline Hussonnois-Alaya