BFMTV

Un lien pour ouvrir un compte en Suisse, sur le site de l’ambassade de France

Selon la députée, cette page affichait un lien renvoyant à un site permettant d'ouvrir un compte en Suisse. Le lien en question n'apparaît désormais plus.

Selon la députée, cette page affichait un lien renvoyant à un site permettant d'ouvrir un compte en Suisse. Le lien en question n'apparaît désormais plus. - -

Une députée UMP a épinglé un lien hypertexte permettant d'ouvrir un compte en Suisse, sur le site Internet de l'ambassade de France à Berne.

Ô ironie, dans un contexte de moralisation de la vie politique, et alors que l'affaire Cahuzac se poursuit avec la tenue de la commission d'enquête parlementaire, un lien sur le site Internet de l'ambassade de France à Berne renvoyait encore récemment tout droit à un site permettant d'ouvrir un compte en Suisse.
C'est la députée UMP Laure de La Raudière qui l'a signalé dans une question écrite à Laurent Fabius, publiée ce mardi au Journal Officiel. L'élue lui a demandé « une explication », a-t-on appris auprès du groupe UMP. « Le site www.ambafrance-ch.org dans sa rubrique ‘Suisse’ puis ‘Liens utiles’, mentionne une référence intitulée ‘La Suisse est à vous (investir et s'installer en Suisse. Site très complet)’ [ndlr : le lien a depuis été supprimé]. Si l'on clique sur ce lien, on arrive sur la page www.switzerland.isyours.com qui permet d'ouvrir un compte bancaire en Suisse, directement en ligne », a écrit Laure de La Raudière au ministre des Affaire étrangères. La question a été publiée le 21 mai au Journal Officiel.

Laurent Fabius a deux mois pour répondre

La députée d'Eure-et-Loir « [s’]étonne que le site de l'ambassade de France en Suisse puisse renvoyer ses visiteurs vers de telles informations, alors même que le gouvernement entend lutter contre la fraude fiscale et la fuite des plus grosses fortunes françaises vers l'étranger ». « Aussi, [elle] souhaiterait qu'il [lui] apporte une explication sur la présence de ce lien sur le site officiel de l'ambassade de France en Suisse », a-t-elle ajouté. Laurent Fabius a deux mois pour répondre.

Claire Béziau, avec AFP