BFMTV

Un Boeing reliant Barcelone à New York provoque l'intervention d'un avion de chasse français

Un avion de chasse.

Un avion de chasse. - Image d'illustration (KARIM SAHIB / AFP)

Un Boeing 767-400, qui reliait les villes de Barcelone et de New York, avait un "comportement douteux", selon un communiqué du Commandement de la défense aérienne et des opérations aériennes, partagé par Sud-Ouest.

Vendredi, peu avant midi, un avion de chasse français a dû d'intervenir dans le sud-ouest de la France, provoquant une forte déflagration entendue en Gironde, en Dordogne et en Charente-Maritime.

Un Boeing 767-400, qui reliait les villes de Barcelone et de New York, avait un "comportement douteux", selon un communiqué du Commandement de la défense aérienne et des opérations aériennes, partagé par Sud-Ouest.

L'appareil n'a pas répondu aux appels du contrôle aérien français lors de son passage de la frontière entre l'Espagne et la France. "L'équipage n'a pas réagi aux appels répétés sur la fréquence internationale de détresse laissant planer le doute d'un acte malveillant à bord", a précisé le Commandant.

Vitesse supersonique en haute altitude

L’avion de chasse a alors dû passer "en vitesse supersonique en haute altitude pour s’assurer au plus tôt visuellement des raisons de ce comportement douteux".

"Après avoir procédé à des vérifications d’usage sur l’identité de l’appareil, puis tenté à de nombreuses reprises d’établir un contact radio, l’avion de chasse s’est montré auprès de l’équipage du Boeing sans engager la sécurité de l’appareil ni de ses passagers. Grâce à cette manœuvre, les membres de l’équipage ont réagi et repris le contact radio à 12h14 locale avec l’avion de chasse sur la fréquence de détresse", poursuit le communiqué.

Selon Ouest-France, une enquête a été ouverte par la police du ciel après cet incident. Ce type d'intervention survient régulièrement dans le ciel, Sud-Ouest soulignant ainsi qu'en 2018, près de 298 situations anormales avaient été recensées dans le ciel français, entraînant 88 décollages sur alerte pour les chasseurs.

Clément Boutin