BFMTV

Tuberculose: qui est encore touché aujourd'hui?

Vue au microscope du bacille de Koch, responsable de la tuberculose.

Vue au microscope du bacille de Koch, responsable de la tuberculose. - Wikimedia - CC

La tuberculose est connue depuis l'Antiquité mais elle concerne encore des millions de personnes. Un test respiratoire pourrait permettre de la détecter plus rapidement.

Non, elle n'a pas disparu. Ni dans le monde, ni même en France. La tuberculose touche chaque année des millions de personnes. La mise au point préliminaire d’un test respiratoire pourrait permettre de détecter plus vite cette maladie extrêmement contagieuse, et donc de la combattre plus efficacement. BFMTV.com vous explique qui est concerné.

La tuberculose en quelques mots

La tuberculose est due à une bactérie, le bacille de Koch - du nom du médecin qui l'a découverte en 1882. En 2012, 8,6 millions de personnes ont développé la tuberculose dans le monde et 1,3 million en sont mortes, estime l'Organisation mondiale de la santé (OMS). C'est une maladie contagieuse - un malade non soigné peut contaminer jusqu'à 15 personnes par voie aérienne - qui s’attaque le plus souvent aux poumons, mais aussi aux reins, ganglions, os, système nerveux central… Chaque seconde, une nouvelle personne dans le monde est infectée par le bacille de la tuberculose; selon l’institut Pasteur, elle a ensuite 10% de risques de développer la maladie.

Fièvre, toux avec crachats de sang, douleurs dans la poitrine, perte de poids, sueurs nocturnes, les symptômes sont nombreux mais il n'existe qu'un traitement: la prise de plusieurs antibiotiques pendant au moins six mois. Le vaccin du BCG, qui n'est plus obligatoire depuis 2007, protège les enfants à 90% et les adultes à 50%.

Qui peut attraper la tuberculose?

La tuberculose est souvent liée à la pauvreté et à de mauvaises conditions sanitaires: malnutrition, surpeuplement, manque de suivi médical, diagnostic tardif...

Selon l'OMS, près d’un tiers de la population mondiale est actuellement atteinte de tuberculose latente, c'est à dire infectée par le bacille. Une fois infectées, ce sont les personnes immunodéprimées qui ont plus de risques de développer la maladie, particulièrement les malades du sida, pour qui la tuberculose est la principale cause de décès

En France, on compte autour de 5.000 nouveaux cas et 900 morts par an. L’Ile-de-France est 2 à 4 fois plus touchée que le reste du territoire, en particulier la Seine-Saint-Denis car la "population exposée est plus cosmopolite et plus jeune que dans les autres régions", analysait le Bulletin épidémiologique hebdomadaire au mois de mars dernier. "La maladie touche principalement les populations en situation de précarité (personnes sans domicile fixe), les migrants en provenance de régions comme l’Afrique subsaharienne (...) et les personnes âgées", liste l'Institut national de veille sanitaire. A Paris, 491 cas ont été déclarés en 2010. Au cours de la période 2004-2010, un peu plus de 5% des personnes atteintes de tuberculose étaient sans domicile fixe, une proportion atteignant plus de 10% à Paris.

Un nouveau test

Des chercheurs ont annoncé ce mardi la mise au point préliminaire d’un test respiratoire pour détecter rapidement la plupart des cas de tuberculose, dans un article publié par la revue scientifique Nature. Il n’a été expérimenté que sur des lapins mais permet de détecter les cas de tuberculose sensibles à l’un des antibiotiques utilisés pour traiter la maladie. Les tests actuels ne sont pas extrêmement fiables et nécessitent une confirmation microbiologique qui peut prendre plusieurs semaines. Or, chez les lapins infectés, les résultats se sont avérés positifs en 5 à 10 minutes.

Un progrès qui pourrait s'avérer important car la réduction du délai entre l'apparition des premiers symptômes et le diagnostic reste un enjeu majeur de la lutte antituberculeuse, notamment pour limiter la contagion.

Aurélie Delmas