BFMTV

Toujours plus de vols dans les magasins

Les petits commerces, comme les disquaires, sont plus touchés que la grande distribution.

Les petits commerces, comme les disquaires, sont plus touchés que la grande distribution. - -

Les vols dans les magasins et grandes surfaces ont représenté plus de 5,3 milliards d’euros de pertes en 2012. Parmi les produits les plus pillés, les cosmétiques, l'électronique et les spiritueux.

Les commerces sont de plus en plus touchés par les vols à l’étalage, c'est le constat fait mardi par le spécialiste de la sécurité, Checkpoint Système. A tel point que les pertes se chiffrent, pour 2012, à plus plus de 5,3 milliards d’euros.
La société réalise un baromètre de la « démarque inconnue », incluant les produits volés, disparus ou cassés, en forte hausse comparé à 2011, même si la méthodologie de calcul est différente par rapport à 2011. Patrice Bahuaud, le directeur général de Checkpoint Système, évoque des voleurs « organisés » qui arrivent munis d’une « liste de produits prédéterminés », avec l’intention de « les revendre par la suite ». La préférence va aux produits onéreux : « des cosmétiques, de l’électronique, du textile, des spiritueux, champagne ».

Des employés parfois complices

Les petits commerces sont doublement touchés par rapport à la grande distribution (où le vol ne représente que moins de 1% de ses ventes), dans la mesure où ils sont moins armés.
Ce bilan s’explique d’abord par la hausse de la criminalité organisée, avec des vols directement en points de vente, voire avant l'arrivée en magasin, avec la connivence d‘employés. Le quartier de La Bastille à Paris, comporte plus de petits commerces que de grandes enseignes, Victor en est victime « tous les week-end » dans son épicerie et se sent « impuissant ». Stéphane, caviste, explique que « les tire-bouchons à 200 euros partent en premier ». Jean-Emile, vendeur de DVD, explique qu’il n’a pas les moyens « d’équiper la boutique en portiques. Cela se répercuterait sur les prix ». Tous ces commerçants demandent une plus forte présence policière.

La rédaction et avec T. Chupin