BFMTV

Suicides des homosexuels: la nouvelle campagne choc de l'Inter-LGBT

L'une des deux nouvelles affiches choc lancées par l'Inter-LGBT pour ce 5 février.

L'une des deux nouvelles affiches choc lancées par l'Inter-LGBT pour ce 5 février. - L'Inter-LGBT - Agence TBWA

En cette journée de prévention national contre le suicide, l'Inter-LGBT a dévoilé deux affiches très fortes pour sensibiliser l'opinion sur le cas des personnes lesbiennes, gaies, bi et trans, qui se donnent quatre fois plus la mort que les autres personnes. La faute aux discriminations de tous les jours.

C'est une statistique qui fait froid dans le dos. Les personnes lesbiennes, gaies, bi et trans (LGBT) se suicident en moyenne quatre fois plus que le reste de la population. En ce jeudi 5 février, journée de prévention national contre le suicide, l'association de l'Inter-LGBT a décidé de frapper fort en publiant deux visuels chocs qui illustrent parfaitement ce propos. 

Sur le premier, on peut lire le slogan suivant: "Pour se jeter du 6ème étage, il ne faut vraiment pas être un PD. En fait si". L'Inter-LGBT explique ensuite que "c'est ce genre d'insultes" qui poussent les homosexuels à se suicider quatre fois plus que les autres, avant d'appeler tout le monde à "changer de comportement".

"Les gouines se suicident beaucoup plus que la moyenne"

Sur sa deuxième affiche, l'Inter-LGBT reprend le même principe. "Les gouines se suicident beaucoup plus que la moyenne. C'est vrai", est-il possible de lire, le tout illustré avec un pistolet en train de faire feu, sur ce qui symbolise une tête.

Derrière les phrases bien tournées et les images choquantes, les chiffres avancées par l'Inter-LGBT sont bien réels. "Le taux de prévalence de risque suicidaire est de 3-4% dans la population globale, alors qu'il est de 12-13% chez les personnes LGBT", a ainsi justifié Nicolas Rividi, porte-parole de la fédération, auprès du Huffington Post, en se basant sur une étude réalisée par l'Institut national de prévention et d'éducation pour la santé (Inpes) sur Les minorités sexuelles face au risque suicidaire.

Pour l'Organisation mondiale de la Santé (OMS), le lien entre ce taux de suicide plus élevé, les discriminations et les violences est évident. Problème, dénonce l'Inter-LGBT, le gouvernement n'a jamais mené la moindre action pour prévenir ce risque en question.

Jé. M.