BFMTV

Strasbourg: une étudiante de 22 ans affirme avoir été insultée et frappée parce qu'elle portait une jupe

Les images de vidéosurveillance de la caméra installée à proximité du lieu de l'agression décrite par la plaignante ont été analysées, mais elles n'ont pas permis de faire avancer l'enquête.

Elisabeth, 22 ans, rentrait chez elle vendredi dernier, à Strasbourg, quand elle a violemment été agressée. Une histoire rapportée par France Bleu Alsace et largement relayée sur les réseaux sociaux, sur laquelle est revenue la jeune femme pour BFMTV. Pour Elisabeth pas de doute: si elle a été visée, c'est parce qu'elle portait une jupe.

Les faits se seraient déroulés quai des Alpes, une rue très passante de la ville alsacienne. La jeune femme rentre à pied, elle est vêtue d'une jupe et dit avoir été agressée par plusieurs hommes, qui ont commencé par lui proférer des insultes.

"J'ai été agressée par trois hommes en rentrant chez moi [...] je portais une jupe rouge, je marchais en regardant une vidéo et là l'un d'entre eux dit: 'regarde cette pute avec la jupe'", raconte-t-elle à BFMTV.

"Tu baisses les yeux et tu dis rien!"

L'étudiante explique leur avoir alors demandé des explications. "Je lève les yeux de mon téléphone je le regarde et je lui dis: 'pardon?'"

Là, selon son récit, l'un des hommes lui répond "ferme ta gueule salope, tu baisses les yeux et tu dis rien!". C'est à ce moment qu'elle aurait reçu un coup de poing au visage.

"Deux m'ont attrapé par les bras et le troisième m'a donné un coup au visage au niveau de mon oeil droit" , poursuit-elle au micro de BFMTV.

"Personne n'a rien fait"

Selon la jeune femme, une quinzaine de témoins ont assisté à la scène dans cet endroit très fréquenté de la ville, mais à ce stade, aucun ne s'est manifesté ou a été identifié. "Personne n'a rien fait, ni pendant, ni après", affirme-t-elle. "C'est ce qui me révolte le plus dans l'histoire".

Selon nos informations, la jeune femme a déposé plainte dimanche après-midi au commissariat central de Strasbourg. Les enquêteurs ont depuis analysé les images de la caméra de vidéosurveillance installée à proximité du quai des Alpes, mais ces dernières n'ont pas permis de faire avancer l'enquête. L'agression décrite par la plaignante n'apparaît pas sur les vidéos, mais les faits ont pu se produire plus loin, en dehors du champ de cette caméra.

Cyrielle Cabot avec Mélanie Bertrand