BFMTV

Son chien meurt en vol, il demande des comptes à la compagnie

Le bouledogue français d'un étudiant vivant à Caen est mort à bord d'un avion de la Royal Air Maroc. (Photo d'illustration)

Le bouledogue français d'un étudiant vivant à Caen est mort à bord d'un avion de la Royal Air Maroc. (Photo d'illustration) - Artur Malinowksi - Flickr - CC

Un étudiant de Caen envisage de porter plainte contre la Royal Air Maroc. Son chien, un bouledogue français de cinq ans en parfaite santé, est mort pendant son vol vers Dakar début août. La compagnie aérienne ne s'estime pas responsable.

"J’ai vu la manière dont les bagages de l’avion étaient balancés violemment. Je n’accuse personne, mais j’aimerais connaître la vérité. À l’heure actuelle, je ne sais pas où est mon chien". Emilien, 21 ans, étudiant à Caen, est bien déterminé à savoir ce qu'il est arrivé à Gaby, son bouledogue français de cinq ans, mort pendant son vol pour Dakar, affrété par la compagnie Royal Air Maroc.

Le 5 août dernier, le jeune homme, accompagné d'autres membres de sa famille, se rend à Orly, pour prendre son avion à destination de Dakar. Arrivés à l'aéroport trois heures avant le décollage, ils font enregistrer leur chien via un "comptoir spécial". "Nous avons payé 150 euros en plus, et nous avons placé le chien dans une caisse préparée et confortable. C’est la dernière fois que nous l’avons vu", raconte Emilien à Ouest France.

"Considéré comme un bagage perdu"

A Casablanca (Maroc), l'avion fait une escale. La famille demande à récupérer Gaby, pour l'enregistrer sur le vol suivant. Mais personne ne sait où est le chien. Emilien poursuit: "Finalement, ma mère a été appelée au micro, et on est venu nous dire que le chien était mort. Quand j’ai demandé ce qui était arrivé, on m’a répondu que l’on ne pouvait rien me dire et qu’il fallait que je me dépêche pour ne pas rater ma correspondance".

La famille affirme que la compagnie aérienne n'a même pas fourni d'attestation après le décès de leur animal, qui était en parfaite santé avant d'embarquer. "On m’a dit que le chien serait incinéré par les soins de la compagnie et qu’il fallait que je m’attende, au mieux, à ce qu’il soit considéré comme un bagage perdu", raconte Emilien, encore sous le choc.

La compagnie ne s'estime pas responsable

Qu'est-il arrivé à leur bouledogue? A ce jour, lui et sa famille n'ont eu aucune réponse. La Royal Air Maroc, qui s'était dite une première fois "très sensible à la situation", a fini par expliquer, sur Facebook, que Gaby était "mort d’une asphyxie pendant le vol" à cause des faiblesses respiratoires dont souffre cette race de chien "brachycéphales". La compagnie estime donc que c'est aux propriétaires de l'animal "d’assumer l’entière responsabilité de son transport à bord de l’avion".

Comme l'explique le quotidien régional, rares sont les compagnies aériennes qui acceptent de faire voyager ce type de chien. La Royal Air Maroc, elle, l'autorise, à condition qu'une escale d'au moins une heure soit prévue pendant le trajet. "C’est d’ailleurs pour cela que nous avions choisi cette compagnie", confie Emilien, qui précise qu'il réfléchit à porter plainte. La famille, qui a décidé de prendre contact avec une association de protection des animaux, a lancé une pétition sur Internet pour demander plus de transparence à la compagnie. Ce mardi, plus de 8000 signatures avaient été récoltées.

C. P.