BFMTV

Sivens: Remi Fraisse avait les mains en l'air lors du lancer de la grenade

Remi Fraisse avait les mains en l'air lors du lancer de la grenade - Vendredi 25 mars 2016

Remi Fraisse avait les mains en l'air lors du lancer de la grenade - Vendredi 25 mars 2016 - Kenzo Tribouillard - AFP

Ces informations rajoutées au dossier ont été fournies par des témoins "entendus récemment", selon la même source. Il s'agit de "nouveaux éléments".

"Remi Fraisse avait l'intention d'aller dire aux gendarmes de manière candide et naïve d'arrêter en prononçant les mots 'arrêtez, arrêtez'", a-t-on indiqué, confirmant des informations publiées sur le site de Médiapart. "Il avait les mains en l'air et criait 'arrêtez'" en avançant.

Le jeune militant de 21 ans "était pacifiste et n'avait pas jeté de pierres" dans la nuit du 25 au 26 octobre où s'affrontaient les zadistes occupant le site depuis un an et les forces de l'ordre, selon les témoins cités.

Le 18 mars, le gendarme qui avait tiré la grenade présumée responsable de sa mort, a été placé par les juges d'instruction à Toulouse sous le statut de témoin assisté. Cela écarte en l'état son renvoi devant un tribunal.

L'information judiciaire, ouverte initialement pour "violences volontaires ayant entraîné la mort sans intention de la donner", a été requalifiée en "homicide involontaire".

A.-F.L. avec AFP