BFMTV

Serge, le lapin du métro, détourné pour sensibiliser à la lutte contre le harcèlement sexuel

Le lapin Serge, revisité par l'artiste Zoia.

Le lapin Serge, revisité par l'artiste Zoia. - Capture d'écran du site officiel de Zoia

Zoia, artiste de 20 ans, a revisité le célèbre autocollant en donnant à son message une tournure plus féministe. Une manière pour la graffeuse de dénoncer la "banalisation du corps de la femme", notamment dans les transports.

Vous l'avez forcément déjà aperçu quelque part. Serge, c'est cet autocollant de lapin placardé sur les portes des métros et des trains de la RATP en Île-de-France. Il rappelle à celles et ceux qui l'oublieraient qu'il est dangereux de laisser traîner ses mains sur les portes, au risque de se coincer les doigts. Zoia, artiste âgée de 20 ans, s'est approprié ce personnage et a donné à son message une tournure plus féministe.

Sur les stickers que la jeune femme a commencé à coller dans les transports parisiens, Serge est mis en scène entre deux femmes aux traits de lapin. Alors qu'il s'apprête à poser sa main sur la lapine de gauche, celle de droite veille au grain, une batte de baseball à la main. "Attention! Ne mets pas tes mains sur mon corps, tu risques de te faire défoncer très fort", est-il précisé.

1000 autocollants réimprimés

Interrogée par France Bleu Paris, la jeune femme a confié avoir procédé à un "affichage sauvage" pour dénoncer "la banalisation du corps de la femme". "Ce que je voulais dénoncer avec ce dessin c'est ce harcèlement et ces attouchements notamment dans le métro, qui deviennent banals", poursuit Zoia.

La graffeuse avait d'abord imprimé 300 autocollants, disséminés "dans les bars, les transports, chez les gens, et même sur les affiches du 8 mars". Son succès est tel qu'elle a dû en imprimer mille de plus. Aujourd'hui, son œuvre s'affiche même sur des t-shirts.

Florian Bouhot