BFMTV

Selon une étude, les abeilles seraient capables de réaliser des opérations mathématiques

Une abeille - Image d'illustration

Une abeille - Image d'illustration - AFP

Au terme de l'expérience menée par un groupe de scientifiques, les insectes obtenaient la bonne réponse à 80% des opérations de base qui leurs étaient proposées.

Selon une toute récente étude franco-australienne réalisée par l'Institut royal de technologie de Melbourne et le centre de recherches sur la cognition animale de Toulouse (CRCA), et dont les résultats ont été publiés dans la très sérieuse revue Science Advances, les abeilles, qui ces derniers mois ont connu une forte baisse de population due aux conditions climatiques, seraient de bonnes élèves en mathématiques. 

Pour en arriver à cette conclusion, les scientifiques en charge des travaux ont tout d'abord dû entraîner les insectes à se repérer dans un labyrinthe en forme de Y (schéma ci-dessous). Là, les abeilles avaient le choix entre deux possibilités, l'une leur offre une récompense à base d'eau sucrée, l'autre les mène vers une "sanction" à base de quinine, substance détestée par ces dernières. 

Selon une étude, les abeilles seraient capables de réaliser des opérations mathématiques
Selon une étude, les abeilles seraient capables de réaliser des opérations mathématiques © Capture Science Advances
Abeilles
Abeilles © Capture Science Advances

A l'issue de cette première phase commence l'épreuve pratique. Là, il leur est présenté, à l'entrée du même labyrinthe, une série de cinq formes de deux couleurs bien distinctes. Les formes bleues signifient que les abeilles doivent réaliser une addition, les jaunes une soustraction. Entrées dans la première pièce du labyrinthe, elles doivent ensuite faire le bon choix en empruntant l'une ou l'autre direction correspondant à la bonne ou mauvaise solution.

L'Obs, qui relaie les résultats de l'étude, donne un exemple. Si on leur présente une forme bleue de deux unités, elles doivent réaliser une addition et rajouter une forme, donc se diriger dans la pièce suivante vers le tableau présentant trois formes bleues. A l'inverse, trois unités jaunes sur une même figure sont synonymes de soustraction et donc de retrait d'une unité, et doivent les mener dans la seconde pièce vers le tableau présentant deux formes jaunes. 

Hasard puis apprentissage

Dans un premier temps, les scientifiques se sont aperçus que les insectes choisissaient leur direction au hasard. Mais à force d'essais, qui ont duré près de 7 heures, les abeilles semblent avoir compris le système de l'addition et de la soustraction. Au final, l'expérience s'est soldée par une bonne réponse dans 80% des cas. 

"Nos abeilles ont utilisé leur mémoire à court terme pour résoudre des problèmes arithmétiques alors qu'elles apprenaient à reconnaître les concepts abstraits de plus ou de moins à la place des aides visuelles qu'on leur donnait précédemment", se réjouit Adrian Dyer, l'un des co-auteurs de l'étude. 
Hugo Septier