BFMTV

Seine-Saint-Denis: un lieu d'accueil pour les jeunes filles victimes de violences va ouvrir

Ce lieu d'accueil sera unique en France

Ce lieu d'accueil sera unique en France - AFP

Ce lieu d'accueil géré par l'association "Une femme un toit" a pour ambition de suivre plus de 500 jeunes femmes de Seine-Saint-Denis, du 19e et du 20e arrondissement, afin de les accompagner médicalement et juridiquement.

Mariage forcé, prostitution... La Seine-Saint-Denis se dotera début 2019 d'un lieu d'accueil de jour "unique en France" pour les jeunes filles de 15 à 25 ans victimes de violences, a annoncé ce mercredi le Conseil départemental.

De nombreuses femmes victimes de violences

La structure, qui verra le jour à Bagnolet, ambitionne d'informer, d'accompagner et de suivre chaque année plus de 500 jeunes filles originaires de Seine-Saint-Denis et des XIXe et XXe arrondissements de Paris. L'objectif sera de favoriser leur accès aux soins, à une assistance juridique, ou encore à la contraception ou à l'IVG.

Financé par un partenariat entre Bagnolet, le Conseil départemental et la Ville de Paris, ce centre d'accueil sera géré par l'association "FIT une femme un toit".

En 2006, une enquête réalisée par l'Observatoire des violences envers les femmes de la Seine-Saint-Denis, qui organise ses 14e rencontres jeudi, révélait l'ampleur des violences subies par les jeunes filles dans ce département qui cumule les difficultés.

La Seine-Saint-Denis en "précurseur"

Lors de ces rencontres, le Conseil départemental annoncera également la mise à disposition de logements dont il est propriétaire pour des femmes accueillies en centre d'hébergement. Ces "logements passerelle" gérés en partenariat avec les associations l'Amicale du Nid et SOS Femmes 93.

Avec ces mesures, la Seine-Saint-Denis entend se poser en "précurseur dans la lutte contre les violences faites aux femmes et dans l'accompagnement de ces dernières pour redevenir maîtresses de leur destin", selon Stéphane Troussel, président PS du Conseil départemental.

M. F. avec AFP