BFMTV

Science: les femmes ont une meilleure mémoire que les hommes

Une femme et un homme regardent un tableau de Picasso, à Londres (Photo d'illustration)

Une femme et un homme regardent un tableau de Picasso, à Londres (Photo d'illustration) - Leon Neal - AFP

Selon plusieurs études, les femmes ont une meilleure mémoire que les hommes. L'éducation des parents jouerait un rôle dans ce phénomène.

Vous êtes une femme, et vous vous souvenez mieux de votre enfance que votre frère? C'est normal. Selon plusieurs études scientifiques citées par le New York Magazine, les femmes ont une meilleure mémoire que les hommes, particulièrement lorsqu'il s'agit de se rappeler de moments de leur vie. Les filles et les femmes se remémorent leurs propre souvenirs plus vite, et de façon plus précise que les hommes.

L'explication scientifique à ce phénomène pourrait venir de l'éducation des parents: elle serait différente vis-à-vis des filles et des garçons. Tout commence dans l'enfance, lorsque l'enfant a entre deux et six ans. C'est à cet âge qu'il apprend à se créer des souvenirs. Or, selon les chercheurs, c'est à travers les conversations que l'enfant a avec les autres, et notamment ses parents, que le processus se forme. C'est lorsque les parents demandent à leur enfant des détails sur sa journée que l'enfant réalise l'importance des détails, et se souvient donc mieux de sa journée.

Le rôle des émotions dans le souvenir

Mais les parents s'adressent différemment à leurs fils et à leurs filles. Les mères auraient tendance à introduire davantage de nouvelles informations dans les conversations avec leurs filles, et elles leur poseraient plus de questions sur leurs émotions qu'aux garçons. C'est grâce à cette combinaison d'information et d'émotion que les filles auraient une meilleure mémoire.

"Le message reçu inconsciemment par les filles, c'est que parler de leurs sentiments fait partie de la description d'un évènement (…) Cela les aide à établir des connections au sein de leur cerveau entre les différents morceaux d'un même évènement, ce qui les mènera à avoir une meilleure mémoire sur le long terme", explique Azriel Gryszman, psychologue à l'université Hamilton, au New York Magazine. Et les garçons? Au lieu de les questionner sur leurs émotions, leurs parents auraient plutôt tendance à leur demander comment agir avec ces émotions. Conclusion: "ils ne se préoccupent des émotions que lorsqu'elles font partie d'un problème plus large", selon le psychologue. Parents, vous savez désormais ce qu'il vous reste à faire.

A. K.