BFMTV

« Sale pute », la chanson qui fait polémique

-

- - -

La chanson « Sale pute » du rappeur OrelSan, pourrait être retirée d'Internet. Extrêmement violentes envers les femmes, ses paroles ont provoqué la colère et l'indignation de nombre de bloggeuses.

La chanson « Sale pute » d'OrelSan, considéré comme l'une des révélations du rap français 2009 par les Inrocks, agite la toile. Le clip de ce titre produit il y a 3 ans et absent de l'album du chanteur, est visible sur YouTube. Extrêmement violentes envers les femmes, les paroles de cette chanson ont provoqué la colère et l'indignation de nombre de bloggeuses.

Orelsan : « Entre nous on parle comme ça »

En février, le rappeur OrelSan était revenu sur la violence des propos qu'il tient dans cette chanson, et s'était justifié : « Entre nous on parle comme ça. Je vois des filles de 15-16 ans qui me parlent sur Internet, qui envoie des messages et elles ont le même vocabulaire que moi. Je trouve pas ça plus trash que ça. » Aujourd'hui, il s'est dit « désolé » d'avoir pu choquer certaines personnes avec cette chanson.

« Je vais t'avorter à l'opinel... »

C'est l'histoire d'un jeune homme qui apprend que sa petite amie l'a trompé. Il lui écrit alors une lettre dans laquelle il détaille en termes très crus de nombreux actes de violence physique, et insultes et menaces se succèdent : « Je vais te mettre en cloque, et t'avorter à l'opinel » ; « T'es juste une truie, tu mérites ta place à l'abattoir » ; « On verra comment tu suces quand je te déboîterai la mâchoire »...

Le clip bientôt retiré de YouTube ?

Rapidement mobilisées, les bloggeuses ont réclamé la déprogrammation du rappeur au Printemps de Bourges. Marie-Georges Buffet a soutenu cette requête. Et Valérie Létard, la secrétaire d'Etat à la Solidarité, a appelé à la responsabilité des groupes de vidéos en ligne, auxquels elle demande le retrait du clip. Mais les organisateurs du festival ont refusé, expliquant « avoir engagé ce jeune artiste pour une prestation artistique qui, comme son album, n'inclut pas cette chanson et ne véhicule pas ce type de message ». Quant à la maison de disque, elle insiste sur la décision du rappeur de ne faire figurer cette chanson ni dans son album ni dans ses concerts.

La rédaction, avec Hugo Perrier