BFMTV

Revivez le direct de Bourdin & Co du 7 mai

De 7h à 9h suivez en direct la matinale avec Jean-François Achilli sur RMC.fr

De 7h à 9h suivez en direct la matinale avec Jean-François Achilli sur RMC.fr - -

Ce mardi matin, Jean-François Achilli recevait le professeur Michel Reynaud, addictologue, pour parler d’une nouvelle étude inquiétante sur les jeunes et l’alcool. Retour avec Guillaume Peltier, vice-président de l’UMP, sur un an de quinquennat de François Hollande, qualifié de « capitaine du Titanic ». Le rédacteur en chef du magazine Alternatives économiques Guillaume Duval a expliqué sur RMC que l’Etat avait raison de vendre certaines de ses participations dans des entreprises privées. A 8h35, Jean-François Achilli recevait le premier secrétaire du Parti socialiste Harlem Désir, qui appelle Jean-François Copé à « stopper le Hollande bashing ».

Invités, témoignages, débats... retrouvez ici tous les moments forts de Bourdin & Co ce mardi sur RMC :

8h35, Jean-François Achilli reçoit le Premier secrétaire du Parti socialiste. Harlem Désir dit halte au "Hollande bashing" et détaille les propositions du gouvernement et du Président pour la deuxième année de la présidence Hollande. Il souhaite que l'Etat ne vende pas de parts de la SNCF ou de La Poste.

8h25 : C'est l'heure du Parti pris d'Hervé Gattegno : Hollande a du temps, mais pas autant !

Guillaume Duval, rédacteur en chef d’Alternatives économiques

Comment trouver les 20 milliards d’euros nécessaires à l’installation de l’Internet haut débit en France ? Pour investir sur ce sujet, et sur d’autres, le Premier ministre veut vendre une partie des parts de l’Etat dans différentes entreprises « où le taux de participation de l'État est très important ». Avec un portefeuille de 62 milliards d’euros, l’Etat a des marges de manœuvre parmi ces participations. Mais Guillaume Duval, rédacteur en chef du magazine Alternatives économiques, estime qu’il faut faire attention à ne pas se désengager de secteurs stratégiques, comme EDF, au risque de mettre en danger les Français.

Sur l’état des finances de la France :
8h22 – Guillaume Duval : « Il y a un peu d’espoir, notamment depuis que la Commission européenne est revenue à des choses un peu plus raisonnable [elle donne à la France deux ans de délai pour atteindre les objectifs, ndlr]. Mais il faut changer de politique européenne ».

8h21 – Guillaume Duval : « Les dividendes de ces entreprises ont représenté 4,5 milliards d’euros en 2012, ce n’est pas négligeable. Vendre des parts, il faut faire ça au bon moment, sur les bonnes entreprises, c’est un fusil à un coup. Mais dans le contexte actuel, quand on ne peut pas dégager de marges importantes, ce n’est pas idiot ».

8h20 – Guillaume Duval : « Chirac a vendu pour 10 milliards d’euros en 1987 en tant que Premier ministre. Edouard Balladur a privatisé pour 9 milliards d’euros, mais Jospin n’était pas très loin en 1998 ».

8h17 – Guillaume Duval : « Garder une minorité de blocage sert à avoir son mot à dire, quand Renault veut des délocalisations, quand France Telecom veut vendre une de ses filiales à Yahoo!. L’Allemagne conserve aussi des parts chez EADS ou Volkswagen »

8h17 – Guillaume Duval : « Tout dépend à quoi sert l’argent. Si c’est pour investir, par exemple dans le très haut débit, ça a du sens. Ça implique un changement de type de gouvernance pour l’entreprise, mais c’est un processus déjà engagé pour EDF, qui a déjà des actionnaires privés. Si l’Etat descend un peu sa part, ça ne devrait pas changer la face du monde. Et l’Etat a d’autres leviers pour agir sur ces entreprises, autres que la propriété ».

8h15 – Guillaume Duval : « Les privatisations ont rapporté 90 milliards d’euros dans les 20 dernières années, jamais plus de 10 milliards par an car on ne peut pas tout vendre d'un coup, sinon ça fait chuter les cours. Il ne faut pas non plus en attendre beaucoup ».

8h15 – Guillaume Duval : « Le contrôle sur EDF est très assuré par l’Etat pour le moment. Mais le cours de l’action d’EDF est assez bas ».

8h12 – Guillaume Duval : « L’Etat détient des participations dans 60 entreprises, dont 12 cotées, avec EDF, GDF Suez, l’aéroport de Paris. Il y a des sociétés non cotées, la plus importante est La Poste, puis la SNCF et beaucoup d’aéroports et de ports. Celles-ci ne sont pas concernées ».

Guillaume Peltier, vice-président de l’UMP

Un an après son arrivée au pouvoir, François Hollande veut une accélération des réformes ainsi que des résultats, a-t-il annoncé lors d'un séminaire gouvernemental. Le Premier ministre doit prochainement présenter un plan d’investissement pour les 10 ans qui viennent et le président a évoqué plusieurs réformes à venir : la formation professionnelle et les retraites, débattues en 2013. Mais la popularité du chef de l’Etat est toujours au plus bas. A droite, on parle d’échec, et Jean-François Copé compare le gouvernement à un « bateau ivre ».

7h49 - Guillaume Peltier : « Plus que jamais je suis pour le retour à la politique de Nicolas Sarkozy, quand on voit les difficultés de mon parti à se trouver un chef. Nicolas Sarkozy est le leader naturel de la droite française, nous avons besoin de son charisme, de son autorité, de son dynamisme ».

Sur Claude Guéant, empêtré dans différentes affaires après la découverte d'achats importants effectués en cash. L'ancien ministre se justifie en parlant de primes en liquide, qui semblent pourtant avoir été interdites... par lui-même quelques années plus tôt :
7h48 - Guillaume Peltier : « Claude Guéant est un serviteur de l’Etat. Je ne suis pas chroniqueur judiciaire. Ce qui m’inquiète, c’est la fin du secret de l’instruction. Nous sommes dans une dérive à l’américaine dangereuse et préoccupante, nous avons des tribunaux médiatiques, plus judiciaires. Nous sommes dans un système où ce n’est pas à la justice de montrer que vous êtes coupable, mais à vous de montrer que vous êtes innocent ».

Sur le « mur des cons » :
7h47 - Guillaume Peltier : « Imaginons une seule seconde un syndicat de droite placarder des personnalités de gauche. Ce serait un scandale d’Etat ! Ce qu’il s’est passé au syndicat de la magistrature, c’est gravissime. Je souhaite l’interdiction de la syndicalisation des juges et des magistrats. C’est une ligne républicaine que j’aimerais voir porter par l’ensemble de la classe politique ».

L’Etat souhaite vendre une partie de ses participations dans des entreprises :
7h45 - Guillaume Peltier : « Je dis oui, pourquoi pas, on peut se retirer ici ou là, mais ce n’est pas l’enjeu clef. Mais ce n’est pas l’enjeu. Il faut aider les PME, lutter contre les fraudes, fraudes fiscales comme sociales. Pour les fraudeurs, il faut supprimer les allocations sociales pour tout récidiviste. Les Français n’en peuvent plus ».

7h44 - Guillaume Peltier : « Qu’est-ce qu’on attend ? Il n’y a rien pour les PME ! En amour, on n’attend pas des déclarations, on attend des preuves. On attend un choc sur le temps de travail, je propose la semaine des 40 heures. Pareil sur les seuils sociaux, les charges. Je souhaite qu’on puisse proposer un grand projet pour les PME avec mon parti »

7h41 - Guillaume Peltier : « Je préfère mon pays à mon parti, je me réjouirais d’un président efficace. Mais là, on attendait un capitaine de Pédalo, on a un capitaine du Titanic. François Hollande est le président du dépôt de bilan. La crise est tellement violente qu’Hollande n’a pas pris la mesure ».

7h25 - C'est l'heure des coulisses de la politique, avec Stéphanie Collié : Séance de travail... et recadrage.

Professeur Michel Reynaud, addictologue

Le Bulletin épidémiologique hebdomadaire (BEH) publie ce mardi une étude qui affirme que les comportements d'alcoolisation, comme les ivresses, augmentent rapidement pendant les années de collège et de lycée. En Sixième, 7% des élèves ont déjà été ivres, et ce taux atteint 69% en terminale. Quant à l'usage régulier d’alcool, au moins 10 fois par mois, il passe de 3% en 4e à 24% en terminale. Une étude tragique mais pas surprenante selon le Professeur Michel Reynaud, addictologue à l’Hôpital Paul Brousse de Paris.

7h16 - Michel Reynaud : « Il n’y aura de solution que lorsque la population se sera rendue compte qu’on va dans le mur, qu’on assiste à un massacre ! Le cannabis est l’arbre qui cache la forêt. On a peur du cannabis alors que le danger pour les jeunes et les très jeunes vient de l’alcool. Il faut une autre loi qui recontrôle les publicités et le marketing des alcooliers ».

7h15 - Michel Reynaud : « C’est la première cause de mortalité chez les moins de 25 ans, l’accident de la route alcoolisé ».

7h14 - Michel Reynaud : « Le marketing est fait pour toucher les jeunes et les femmes, comme le tabac. On voit monter les consommations d’alcool et de tabac chez les jeunes femmes ».

7h13 - Michel Reynaud : « Nous avons tous bu un peu trop jadis, mais il n’y avait pas cette normalisation de l’ivresse à l’époque. Aujourd’hui, c’est un signe de normalité, on le met sur Facebook ».

7h12 - Michel Reynaud : « Ces chiffres révèlent un marketing extrêmement agressif des alcooliers qui ont obtenu l’autorisation de madame Bachelot de faire la publicité qu’ils veulent sur Internet. On voit monter tous les indicateurs qui vont avec : dépendance, violences, agressions sexuelles, tout cela était écrit ».

7h, bonjour à tous ! Suivez ici en direct l'émission Bourdin & Co de ce mardi matin, présentée par Jean-François Achilli.

Mathias Chaillot avec Jean-François Achilli