BFMTV

Revivez le direct de Bourdin & Co du 3 juin

De 7h à 9h suivez en direct la matinale de Jean-Jacques Bourdin sur RMC.fr

De 7h à 9h suivez en direct la matinale de Jean-Jacques Bourdin sur RMC.fr - -

Ce lundi sur RMC, Nadine Morano est revenue sur la primaire UMP à Paris. Grégoire Leclerq, président de la Fédération des auto-entrepreneurs, a estimé que la position du gouvernement sur la réforme du statut était incompréhensible et Patrice de Plunkett a dénoncé la « relation incestueuse entre hommes politiques et banques », alors que Nicolas Sarkozy doit donner une conférence à l’invitation de Goldman Sachs. A 8h35, Jean-Jacques Bourdin recevait Arnaud Montebourg, ministre du Redressement productif.

Invités, témoignages, débats... retrouvez ici tous les moments forts de Bourdin & Co ce vendredi sur RMC :

9h : Merci à tous d’avoir suivi le live de Bourdin & Co ce matin, n’hésitez pas à poursuivre les débats en réagissant ci-dessous ! Rendez-vous demain dès 7h !

8h35 : Arnaud Montebourg était l'invité de Jean-Jacques Bourdin. Le ministre du Redressement productif a confirmé son soutien au Made in France, affirmant qu'il fallait valoriser les succès français et favoriser la relocalisation. Il a aussi affirmé qu'il y avait deux patrons à Bercy : Pierre Moscovici et lui.

8h25, c'est l'heure du Parti pris d'Hervé Gattegno : Après le K.O... le chaos

Patrice de Plunkett, journaliste et blogueur

A l’invitation de la banque américaine Goldman Sachs, Nicolas Sarkozy est ce lundi à Londres pour donner une conférence sur la politique européenne. Cette prestation devrait lui rapporter environ 100 000 dollars (soit 77 000 €). Dans ce colloque, Sarkozy sera le seul homme politique à parler aux côtés d’économistes.

Sur la politique et la finance

8h23 - Patrice de Plunkett : « Les présidents de la République en retraite ne sont pas à plaindre. Si les hommes politiques le font [des conférences rémunérées, ndlr]- Bill Clinton, Tony Blair, Gerhard Schröder - c’est une espèce de contagion, due au fait que depuis les années 90, l’univers de la haute spéculation financière est devenu l’univers dominant dans le monde actuel. Une carrière politique paraît un peu secondaire à côté du monde de la haute finance. Les hommes politiques actuels sont inhibés lorsqu’il s’agit de s’élever contre le milieu financier ».

Sur la controverse sur l'invitation de Goldman Sachs

8h18 - Patrice de Plunkett : « Le problème, c’est que ces connivences ne font qu’aggraver le manque de confiance de l’opinion publique envers les hommes politiques qui sont au pouvoir ».

8h17 - Patrice de Plunkett : « Ça pose le problème de la relation incestueuse entre la haute classe politique et le casino financier ».

8h14 - Patrice de Plunkett : « Là, c’est une invitation de Goldman Sachs, géant de la spéculation mondiale, qui a aidé la Grèce a camoufler sa dette et a ensuite parié sur sa faillite. Et pendant que l’Europe s’enfonce dans la crise, cette banque affiche 7,3 milliards de dollars de bénéfice ».

Nadine Morano, déléguée générale de l’UMP chargée des élections et ancienne secrétaire d’Etat chargée de la famille

Sur la primaire UMP à Paris

Les résultats de la primaire UMP à Paris devraient être connus ce lundi soir. Un scrutin déjà contesté : Pierre-Yves Bournazel, un des candidats a mis le feu aux poudres en réclamant la suspension du scrutin, dénonçant un « système incontestablement défaillant ».

7h49 - Nadine Morano : « Si Nicolas Sarkozy souhaitait revenir aux affaires il le ferait non pas dans le cadre strict de l'UMP, mais dans le cadre d'une volonté des électeurs ».

7h48 – Nadine Morano : « La primaire qui s’est tenue à Lyon s’est bien passée, celle de Paris s’est moins bien passée. Ce n’est pas dans notre culture, ça n'était pas non plus dans la culture du Parti socialiste, mais on peut très bien évoluer et se moderniser. Nous aurons à perfectionner notre dispositif, mais de là à le remettre en cause, cela mérite réflexion ».

Sur les allocations familiales

La réforme des allocations familiales doit être dévoilée ce lundi. Le but : rétablir l’équilibre de la branche famille de la Sécurité sociale. 15% des foyers les plus aisés devraient être touchés.

7h46 - Nadine Morano : « Nous avons toujours voulu privilégier la politique familiale. (…) La branche famille devrait revenir à l’équilibre naturellement en 2019. Il y a des économies à faire ailleurs et il y a à mettre en cohérence la réforme des retraites et la branche famille. On ne peut pas traiter l'un sans l'autre ».

7h44 - Nadine Morano : « Aucune des deux pistes proposées par le gouvernement n’est satisfaisante. Aller faire une politique aussi brouillonne (…), c’est s’attaquer à un pilier essentiel de la politique publique de notre pays ».

7h20, c'est l'heure de la chronique de Jean-François Achilli, Les Coulisses de la politique : L'apprentissage de la démocratie à l'UMP Paris

Grégoire Leclercq, président de la Fédération des auto-entrepreneurs

Grégoire Leclercq est aussi un des porte-parole du mouvement des Poussins, qui rassemble 60 000 auto-entrepreneurs. Ceux-ci rejettent la limitation du chiffre d'affaires et la limitation dans le temps évoquée par le gouvernement. Jean-Marc Ayrault avait déclaré que seul le secteur du bâtiment serait touché par ces limitations. Sylvia Pinel, la ministre de l’artisanat, a déclaré dimanche vouloir au contraire étendre ces limitations. Les Poussins doivent rencontrer Sylvia Pinel ce jeudi. La concertation entre les auto-entrepreneurs et le gouvernement se poursuit.

Sur la limitation du statut dans le temps

7h18 - Grégoire Leclercq : « Le régime touche 900 000 Français. On n'accompagne pas les créateurs en limitant leur réussite dans le temps. Il faut financer leur parcours, leur formation. La croissance ne se décrète pas, elle se génère ».

7h15 - Grégoire Leclercq : « Il faut tordre le coup à cette idée reçue sur la concurrence déloyale des auto-entrepreneurs. Un rapport dit qu’elle n’existe pas ».

Sur la confusion du gouvernement sur le statut d’auto-entrepreneur

7h13 - Grégoire Leclercq : « On aura deux types d’activités : ceux qui en vivent et ceux qui n’en vivent pas. Ceux qui en vivent, on sera limités à deux ans, et pour ceux qui n’en vivent pas ce sera limité à 10 000 euros. On va obtenir du travail au noir et on va perdre des rentrées fiscales. Cette réforme ne mène nulle part, on va face à un mur ».

7h12 - Grégoire Leclercq : « En réalité plus personne n’y comprend rien. Nous-mêmes sommes complètement perdus ».

Paulina Benavente, avec Jean-Jacques Bourdin