BFMTV

Prêts de particulier à particulier, une pratique en plein essor

Geoffroy Guigou, cofondateur du site Prêt d'union, a de quoi être satisfait avec 13 millions d'euros de crédits octroyés en 2012.

Geoffroy Guigou, cofondateur du site Prêt d'union, a de quoi être satisfait avec 13 millions d'euros de crédits octroyés en 2012. - -

Le prêt bancaire entre particuliers connaît un fort succès auprès des ménages français. Le concept, venu d’Angleterre, a de quoi séduire les prêteurs comme les emprunteurs, avec des taux très attractifs et des risques mutualisés. Explications.

Les banques auraient-elles du souci à se faire ? Depuis la crise, la défiance envers les instituts bancaires a poussé les consommateurs à trouver d’autres modes de financement. Le prêt de particulier à particulier en est un. Il connaît déjà un fort succès dans plusieurs pays qui l’ont instauré, et notamment en Angleterre où il a été mis en place pour la première fois il y a 7 ans.

13 millions de crédit

En France, un seul site internet a obtenu l’agrément de la Banque de France début 2012. Il s’agit de Prêt d’union. Plus d’un an après son lancement, son cofondateur, Geoffroy Guigou, affiche un large sourire de satisfaction : "Les chiffres sont prometteurs : en 2012, nous avons octroyés pour 13 millions de crédit. Et ça sera 50 à 60 millions d’euros en 2013". Un succès qui devrait être exponentiel dans les années à venir : le site espère atteindre entre 500 millions et 1 milliard d’euros de crédit par an.

Le principe ? Un prêteur prête à la communauté des emprunteurs, non pas à une ou deux personnes, ce qui permet de consentir des prêts plus sécurisés. De plus, les emprunteurs sont triés sur le volet, comme le ferait une banque : pas question de prêter à une personne qui n’est pas solvable. Le site vérifie, au même titre qu’une banque, si le client pourra rembourser ou s’il n’est pas surendetté.

Prêteurs et emprunteurs satisfaits

Yvan Dejardin avait besoin de 5.500 euros pour s’acheter une nouvelle voiture. Il a donc fait appel aux services d’un particulier prêteur. "Pour moi l’avantage c’était d’avoir un taux à 5,85", au lieu des 7 à 9% habituellement proposés par les banques.

A l’autre bout de la chaîne, Jean-François Guthmann a, lui, prêté de l’argent, 25.000 euros au total : "les principaux avantages sont un rendement élevé pendant toute la durée du prêt soit 5 % brut. Et également la sécurité puisque les risques sont mutualisés."