BFMTV

Pourquoi les incendies au nord de Marseille sont si dévastateurs?

-

- - Capture BFMTV

Plusieurs secteurs situés au nord de Marseille sont ravagés par des incendies depuis mercredi. Si l'un des départs de feu pourrait être d'origine criminelle, plusieurs éléments météorologiques conjugués ont attisé les flammes.

Au moins 3.300 hectares de garrigue ont brûlé dans de graves incendies mercredi et dans la nuit de mercredi à jeudi dans les Bouches-du-Rhône, mobilisant en tout 2.500 pompiers et faisant trois blessés, dont un grave, parmi les riverains. Si plusieurs foyers ont été éteints ce jeudi matin, la situation reste préoccupante au nord de Marseille. Des maisons ont été détruites, des centaines de personnes évacuées et des routes fermées. Des fumées et des flammes sont à nouveau visibles en direction de Marseille et les Canadair ont repris leurs rotations.

Sécheresse et fortes chaleurs

La gravité de ces incendies, en partie d'origine criminelle, s'explique par des conditions météorologiques particulièrement défavorables depuis plusieurs jours. "La situation a été rendue difficile en raison de la météo, avec un fort vent et une sécheresse qui dure depuis plusieurs semaines", a expliqué Bernard Cazeneuve. Après un hiver et un printemps faiblement pluvieux, le Sud-Est de la France est en état de sécheresse et des mesures de restrictions d'eau plus ou moins drastiques ont été prises dans plusieurs départements, dont les Bouches-du-Rhône. 

Les fortes chaleurs favorisent également ces feux de forêt. Il a fait jusqu'à 35 degrés la semaine dernière dans les Bouches-du-Rhône, 28 dans l'Hérault. De nombreux massifs forestiers étaient classés en vigilance noire, un niveau de danger rarement atteint.

Des vents puissants

Par ailleurs, de puissants vents s'engouffrent dans la vallée du Rhône, créant un effet venturi entre le Massif central et les Alpes. De fortes rafales, jusqu'à 107 km/h à Istres et 100 km/h à Salon-de-Provence, ont été relevées mercredi sur la zone. Et ce n'est pas prévu pour se calmer: le mistral devrait atteindre ce jeudi après-midi des rafales de près de 90 km/h dans le département et pourrait provoquer des reprises de feu.

Les prévisions pour les prochains jours

Les vingt-quatre prochaines heures s'annoncent encore difficiles. Le vent ne devrait pas commencer à faiblir avant la nuit de jeudi à vendredi pour redescendre à 50km/h. Mais Mistral et tramontane auront disparu le week-end prochain.

En revanche, un autre problème se maintient: la sécheresse. Il est tombé il y a cinq jours entre 3 et 7 mm de précipitations dans les Bouches-du-Rhône. Bien insuffisant avec la chaleur et le vent, l'eau s'évaporant très rapidement. L'aide ne viendra donc pas du ciel: pas une goutte de pluie n'est attendue avant mercredi prochain.

Si vendredi le vent ne devrait plus attiser les flammes, des températures très élevées sont cependant attendues dans les prochains jours. Le week-end s'annonce très chaud. Dès dimanche, la barre des 35 degrés pourrait être franchie. Le mercure pourrait même grimper jusqu'à 37 degrés en début de semaine prochaine entre l'Aquitaine et l'arrière-pays provençal.

Des conseils de prudence

La prudence et la vigilance restent de mise. "Fumer, faire un barbecue, travailler du métal, cisailler quelque chose est interdit en forêt", a précisé le colonel Grégory Allione, directeur du Sdis 13, sur BFMTV. "Toute source d'énergie est interdite".

Si ces conseils semblent évidents, il n'est pourtant pas inutile de les rappeler: il est évidemment très dangereux de jeter son mégot de cigarette, y compris sur l'autoroute, de faire des feux de broussailles dans son jardin ou même un barbecue sauvage en pleine nature. Le sol et la végétation étant très secs, la moindre étincelle peut être à l'origine d'un feu s'embrasant rapidement et se propageant en quelques instants.

C.H.A.