BFMTV

Incendie dans les Bouches-du-Rhône: le feu toujours pas maîtrisé, nombreux renforts attendus

La situation a connu une légère amélioration sur le front des incendies dans la nuit de mercredi à jeudi au nord de Marseille. Les pompiers sont restés mobilisés toute la nuit et le feu n'est pas encore maîtrisé. En tout, 3.300 hectares ont brûlé et deux riverains ont été blessés. Mille renforts devraient rejoindre ce jeudi les 1.800 hommes déjà déployés.

Après une soirée et un début de nuit très difficiles, la situation connaît une légère amélioration dans les Bouches-du-Rhône, ce jeudi matin. Le grave incendie qui touche plusieurs communes au nord de Marseille a ravagé 3.300 hectares de garrigue, fait deux blessés et provoqué l'évacuation de centaines d'habitants, notamment à Vitrolles, mais les conditions sont devenues "plus favorables" dans la nuit de mercredi à jeudi grâce aux conditions météorologiques, ont annoncé les pompiers.

Mille huit cents soldats du feu sont à pied d'oeuvre ce jeudi matin pour tenter de venir à bout des flammes. Le renforcement attendu du mistral et la persistance des fortes chaleurs ce jeudi font craindre une reprise des foyers d'incendies dans la journée.

Trois foyers actifs

"Les conditions sont plus favorables car, malgré un vent toujours violent, l'humidité est de retour et les températures baissent", a déclaré à la presse le directeur départemental du Service d'incendie et de secours des Bouches-du-Rhône, le colonel Gregory Allione. 

Les pompiers ont revu leur dispositif car le feu est fixé dans de nombreuses parties, a-t-il indiqué. "Les foyers actifs sont sur les communes de Saint-Victoret, des Pennes-Mirabeau et Vitrolles", a précisé le Sdis 13 dans un communiqué.

"L'incendie semble perdre de son intensité mais n'est pas encore maîtrisé", a tweeté le maire de Marseille Jean-Claude Gaudin. "Compte tenu du risque potentiel de feu sur le Nord de Marseille, le Plan communal de sauvegarde de Marseille est déclenchée", a-t-il annoncé dans un autre tweet.

Deux habitants blessés

Deux personnes ont été blessées dont une grièvement brûlée à Rognac, et une autre plus légèrement. Aucun blessé n'est à déplorer parmi les soldats du feu.

Depuis la journée de mercredi, les flammes ont ravagé 3.300 hectares de garrigue. Le feu ne progresse plus, mais n'est toujours pas maîtrisé, et les pompiers craignent que le vent ne se renforce à nouveau dans la journée de jeudi. A 21h30 dans la soirée de mercredi, ceux-ci avaient évoqué une "situation hors de contrôle, (un) feu extrêmement puissant, rapide, explosif qui continue à brûler tout sur son passage, même des maisons".

1.800 pompiers sur place

Mille huit cents pompiers ont été mobilisés mercredi, continuant à recevoir des renforts d'autres régions. Selon nos informations, une colonne de renfort comptant 25 camions et 75 pompiers est partie d'Ile-de-France à 5h30, ce jeudi matin. Dans la journée de mercredi, trois Canadair, un Dash, 2 trackers et un hélicoptère Milan sont entrés en action et deux autres Canadair étaient attendus en provenance de Corse.

Par ailleurs, 130 policiers des Bouches-du-Rhône et 30 venus des départements voisins se trouvent toujours sur les lieux des incendies ce jeudi matin, pour en faciliter l'accès aux pompiers et sécuriser les périmètres, mais aussi aider aux évacuations. Ils étaient 300 mobilisés dans la nuit. 

"L'objectif des forces est de contenir absolument le feu pour éviter qu'il ne gagne les villes, et notamment Marseille", a déclaré sur place le ministre de l'Intérieur Bernard Cazeneuve. Le ministre arrivait de l'Hérault où un incendie a parcouru plus de 200 hectares de garrigues près de Gabian, à 20 km au nord de Béziers. 

Des flammes attisées par le mistral et la sécheresse

L'incendie de Vitrolles, attisé par un mistral violent conjugué à la sécheresse, avait débuté à 15h30 mercredi à Rognac, se propageant rapidement dans la garrigue d'herbes rases et quelques espaces boisés du plateau de l'Arbois. De 20 à 25 maisons ont été brûlées. "La situation que nous connaissons est telle que nous n'en avons pas vue depuis très longtemps", ont décrit les pompiers.

Aux Pennes-Mirabeau, dans la nuit de mercredi à jeudi, une colline de garrigue était embrasée à même pas cent mètres d'habitations, sous un ciel incandescent. Sur la route conduisant à cette localité, des poteaux électriques ont été détruits par le feu.

500 habitants évacués à Vitrolles

A Vitrolles, où des habitations ont été incendiées, "entre 6.000 et 8.000" personnes ont été affectées par le sinistre, dans cinq quartiers, la plupart restant confinées chez elles.

Selon le maire PS de la commune, Loïc Gachon, interrogé sur BFMTV ce jeudi matin, environ 500 personnes ont été évacuées et relogées pour la nuit dans des gymnases. "Grâce au fait que le vent se soit un peu calmé cette nuit, les feux sont à peu près sous contrôle autour de Vitrolles. Néanmoins, on reste très vigilant, on s'attend à ce que cela redémarre avec le lever du vent", a-t-il précisé. 

La mairie avait aussi annoncé l'évacuation d'enfants accueillis dans un centre aéré. Dans cette localité de quelque 35.000 habitants, située à 30 km au nord de Marseille, deux garages de voitures ont brûlé. 

"La situation a été rendue difficile en raison de la météo, avec un fort vent et une sécheresse qui dure depuis plusieurs semaines", a expliqué Bernard Cazeneuve.

Reprise des transports

Les transports aériens et routiers ont progressivement repris mercredi soir après avoir été gravement perturbés par le feu, à proximité immédiate de l'aéroport Marseille Provence à Marignane.

Dans la zone industrielle entre Fos-sur-Mer et Port-Saint-Louis du Rhône, 530 hectares ont aussi été parcourus par trois autres incendies, mobilisant 250 pompiers. Le feu était désormais sous contrôle, après avoir été "menaçant" pour les entreprises alentours.

A.S. avec AFP