BFMTV

Pesticides: les écoles de Gironde face à l'épandage des vignes

La Gironde est l'un des trois départements les plus exposés aux pesticides en France.

La Gironde est l'un des trois départements les plus exposés aux pesticides en France. - BFMTV

L’inquiétude monte en Gironde à l’approche de la campagne d’épandage de pesticides. Riverains et parents d’élèves redoutent de plus en plus ses effets néfastes sur la santé. A proximité des vignobles, certaines écoles sont même particulièrement exposées.

Dans le Bordelais, les vignes s'invitent jusqu'à l'entrée des maisons et des écoles. A l’approche de la campagne d’épandage de pesticides, qui débute en avril, les riverains s’inquiètent des dangers de ces fongicides et prennent déjà leurs précautions. Dans leur jardin, certains n’hésitent pas à ranger les jouets de leurs enfants après chaque utilisation pour éviter toute intoxication.

Et pour cause, la Gironde est l’un des trois départements les plus exposés aux pesticides. Les mobilisations se multiplient pour dénoncer l’utilisation de ces produits phytosanitaires.

"Les habitants veulent savoir à quoi ils sont exposés, reprendre le contrôle sur leur santé et celles de leurs enfants", indique Valérie Murat, membre du collectif bordelais contre les pesticides.

Des écoles très exposées

Sur une carte, la préfecture répertorie les sites dits "sensibles". Elle comptabilise pas moins de 152 établissements scolaires situés dans des zones d’épandage de pesticides. En 2014 à Villeneuve, une vingtaine d’élèves avait été intoxiquée après les pulvérisations. Certains d’entre eux avaient été pris de malaises. D’autres s'étaient plaints de "picotements aux yeux" et de "maux de gorge". Ils avaient alors été confinés dans les locaux scolaires et l'Agence régionale de santé (ARS).

Depuis cet incident, la préfecture a pris des mesures. Une distance minimale de 50 mètres est introduite par précaution pour l’épandage. Des haies ont parfois été plantées pour filtrer les substances chimiques lors d’épisodes venteux.

Mais pour les opposants aux pesticides, ces mesures sont loin d’être efficaces et suffisantes. Dans une pétition, ils demandent le passage en bio de toutes les vignes entourant les écoles.

P. P. avec Yves Couant, Pierre-Antoine Durand et Sophie Herbé