BFMTV

Passages à niveau : plus de prévention et de répression

-

- - -

Après le drame d’Allinges, Dominique Bussereau a annoncé la suppression des passages à niveau dangereux et des mesures pour en améliorer la sécurité.

Les associations de sécurité routière demandent que les dispositions annoncées hier par Dominique Bussereau entrent en vigueur dès que possible. Le secrétaire d'Etat chargé des Transports a annoncé des mesures pour faire en sorte que les 18 000 passages à niveau que compte la France ne soient plus le lieu d'accidents et de collisions.

Le week-end dernier, deux personnes sont mortes dans des accidents sur des passages à niveau, et ce quelques semaines après le drame d'Allinges où 7 collégiens avaient trouvé la mort dans la collision entre leur bus et un TER le 2 juin. En 2007, on a recensé 115 accidents liés à des passages à niveau qui ont fait 38 morts. Et depuis le début 2008 on compte déjà 18 décès dans ce genre d'accident selon les chiffres du Ministère.

Les principales mesures présentées par Dominique Bussereau :

- suppression de tous les passages à niveau jugés dangereux : 34 d'ici 2010, puis 141 autres d'ici 2014.

- renforcement de la signalisation, avec notamment des feux rouges fixes plutôt que clignotants, et de la communication auprès des habitants.

- installation de caméras et de radars, afin d'identifier les automobilistes en excès de vitesse ou qui se sont engagés quand les barrières se fermaient. Affirmant que dans « 98% des cas » les automobilistes sont responsables de l'accident, le secrétaire d'Etat aux Transports a promis davantage de répression.

Supprimer des passages à niveau, ce n'est pas simple, et ça coûte cher

Si l'Etat a annoncé la suppression de 34 passages à niveau d'ici 2010, et 141 à terme, il faut savoir que supprimer un passage un niveau n'est pas une opération des plus simples, comme l'explique Hervé Trigolet, le directeur général adjoint de Réseau Ferré de France : « Les passages à niveau préoccupants sont très souvent en ville. Cela prend donc en moyenne 5 ou 6 ans. D'abord il faut trouver 5 ou 6 millions d'euros, il faut régler tous les problèmes des riverains car ils ont leur mot à dire lorsqu'on modifie la route, il y a aussi des questions techniques, des questions d'environnement, des questions d'accessibilité pour les riverains... Et il ne faut pas oublier qu'il y a pas mal de passages à niveau en France, c'est le fruit de l'histoire, donc beaucoup ne seront pas supprimés. Il faut aussi améliorer la sécurité, pour forcer les automobilistes à bien respecter le code de la route ».

La rédaction et Thomas Chupin