BFMTV

Paris: une note de la police pour "évincer" les Roms

-

- - -

Selon Le Parisien, une note interne du commissariat du VIe arrondissement de Paris préconise d'"évincer systématiquement" les Roms.

Une note interne au commissariat du VIe arrondissement de Paris préconise d'"évincer systématiquement" les Roms de l'arrondissement, affirme Le Parisien mardi.

Selon le quotidien, cette note, rédigée par un officier de police "sur instruction de la commissaire centrale", demande "dès à présent et jusqu'à nouvel ordre pour les effectifs du VIè arrondissement, de jour et de nuit, de localiser les familles roms vivant dans la rue et de les évincer systématiquement".

Interrogé par Le Parisien, le maire UMP de l'arrondissement, Pierre Lecocq a déclaré n'être "pas choqué" par le ton de cette note mais être "choqué de voir des familles de Roms dans la rue avec des enfants en bas âge". Ce qui pour lui, n'est "pas acceptable sur le plan humain et social".

"On est obligés de réguler tout ça"

Stéphane Le Foll, porte-parole du gouvernement, interrogé mardi sur les Roms, a réfuté le terme d'"invasion" mais estimé qu'il fallait "chercher à les faire retourner d'où ils viennent, en Roumanie ou en Bulgarie" au nom d'une "politique qui doit garder sa dimension humaine."

A la question "l'objectif est-il d'évincer les Roms de Paris?", le ministre répond: "l'objectif, c'est d'éviter que des gens qui, dans la capitale, parce qu'ils sont dans une situation de difficulté et de pauvreté, finissent par rendre tout le monde extrêmement nerveux et n'acceptent plus cette présence". "On est obligés de réguler tout ça, d'être clairs sur tout ça, ne pas considérer comme s'il ne se passait rien", a dit Stéphane Le Foll.

"Il y a un problème mais derrière ce problème, il y a des hommes, des femmes, voire des enfants. Donc ça ne se traite pas comme si c'était un simple problème qu'on pouvait régler avec deux ou trois décisions. Non, c'est plus compliqué", selon le ministre et proche du chef de l'Etat.

Un mail du SRPJ de Montpellier

Récemment, un courrier électronique du SRPJ de Montpellier avait été envoyé à destination des hôteliers de la région, les incitant à "signaler l'arrivée" de personnes "originaires d'Europe de l'Est" en vue de la lutte contre la délinquance organisée.

Dans ce courrier adressé aux hôtels et campings du Languedoc-Roussillon et du Vaucluse, révélé par France Inter et dont l'AFP a obtenu copie, le SRPJ de Montpellier, rappelle d'abord "l'aide très efficace" apportée par ces derniers à la suite de mails antérieurs les sollicitant "dans le but d'interpeller des individus recherchés ou soupçonnés de crimes et délits".

La rédaction