BFMTV

Paris: une campagne dans le métro contre le "massacre" des rats

Une association de protection animale appelle à l'arrêt des campagnes de dératisation.

Une association de protection animale appelle à l'arrêt des campagnes de dératisation. - Paris Animaux Zoopolis - BFM Paris

L’association Paris Animaux Zoopolis lance ce jeudi une campagne d’affichage dans le métro parisien pour interpeller sur le sort réservé aux rats. Ses membres dénoncent des campagnes de dératisation “cruelles, inefficaces et coûteuses” face à un risque sanitaire faible.

Les Parisiens et les rats peuvent-ils mieux cohabiter? C’est ce que veut croire l’association Paris Animaux Zoopolis qui met en place ce jeudi une campagne d’affichage dans le métro avec un message: “les rats ne sont pas nos ennemis”. Sur les affiches, un rongeur qui semble aussi inoffensif que le Ratatouille de Disney tient une pancarte proposant des “free kisses”, des bisous gratuits.

A l’origine, l’association voulait afficher un slogan plus offensif, “stop au massacre des rats”, mais cette version a été retoquée par la régie publicitaire de la RATP fait savoir l’association. La mention “Demandons à Paris de stopper l’empoisonnement massif des rats” a aussi été rayée de l’affiche.

"Ils posent un problème esthétique"

Le message reste le même pour Paris Animaux Zoopolis qui demande l’arrêt des campagnes de dératisation “inutiles et coûteuses” mises en place par la mairie de Paris et la préfecture de police. Pour ses membres, il n’est pas nécessaire d’en arriver à ce qu'ils qualifient de “massacre” des rongeurs, qui véhiculent des peurs et des clichés.

“Tant qu’ils sont dans les égouts, ça n’embête personne. Une fois en surface, on ne les supporte plus parce qu’ils posent un problème esthétique, on les trouve laids, ils font peur… mais c’est très subjectif. Ils ne sont pas plus laids que les pigeons”, souligne Philippe Reigné, co-fondateur de Paris Animaux Zoopolis.

Les méthodes “cruelles et inefficaces” de dératisation sont pointées du doigt, notamment l’utilisation d’anticoagulants dans les pièges, qui provoquent des hémorragies internes chez les rats mais aussi chez les chats et les chiens qui les ingèrent. Pour l’association, l’argument du risque sanitaire que feraient courir les rats ne tient pas non plus.

“Le rat est associé aux maladies, ce n’est pas vrai. Il peut dans des cas extrêmement rares transmettre la leptospirose mais il faudrait être mordu or les rats nous fuient. S’il y a un risque, c’est dans les égouts. Mais les égoutiers, qui eux y sont confrontés, sont vaccinés”, ajoute ce défenseur des animaux.

Un risque sanitaire "minime"

A l’échelle de l’hexagone, 600 cas de leptospirose par an sont recensés selon l’Institut Pasteur. Cette maladie peut d’ailleurs être transmise par d’autres animaux que le rat. “Même la mairie de Paris sur son site internet reconnaît que le risque sanitaire est minime”, argue encore le co-fondateur de Paris Animaux Zoopolis, qui regrette que les rats soient devenus une question politique. La jeune association, qui s’est déjà illustrée sur la lutte contre les cirques avec des animaux ou la création d’un monument pour les animaux de guerre, cherche aussi à réconcilier les Parisiens avec les rongeurs.

“Ca ne veut pas dire qu’on demande aux gens d’accueillir des rats chez eux mais on considère que dans les espaces verts ou les parcs, les rats sont tout à fait admissibles, à partir du moment où il n’y a pas de risque sanitaire”, explique Philippe Reigné.

Plutôt que des campagnes de dératisation, l’association appelle à lutter contre les causes de la présence des rats en surface et notamment l’accès à la nourriture abandonnée. L’association salue d’ailleurs la mise en place de nouvelles poubelles par la mairie de Paris. Fermées, elles empêchent les rats d’éventrer les sacs poubelles. “Mais il y aura toujours de la nourriture à l’air libre… et il y aura toujours des rats”, souligne Philippe Reigné. Paris Zoopolis souhaite aussi que la mairie confie “à des scientifiques indépendants et non à des dératiseurs” une étude objective sur la situation des rats dans la capitale.

combien y a-t-il de rats à paris?

Des experts de la dératisation évaluent à 5 millions le nombre de rongeurs dans la capitale, en se basant sur un ratio de 1,5 à 2 rats par personne en ville. En réalité, il n’y a pas à Paris de données statistiques ou de recensement permettant de quantifier la présence de rats. Cette absence de chiffres empêche de mettre en évidence une éventuelle prolifération des rats dans la capitale.

Pour certains, les rats ne seraient pas plus nombreux qu’avant mais simplement plus visibles. Ce phénomène a pu s’observer au moment de la crue de la Seine, pendant laquelle des colonies de rats sont remontées à la surface et s’y sont installées durablement. Les rats auraient aussi développé une plus forte résistance aux raticides.

Carole Blanchard