BFMTV

Paris: un homme et une femme tués à la terrasse d'un café

-

- - -

Les deux victimes ont été touchées dimanche soir par une balle dans un café du 14ème arrondissement de Paris. Le tireur est en fuite.

Un homme et une femme ont été tués dimanche soir dans un bar à Paris par un homme qui leur a tiré dessus à bout portant avant de prendre la fuite. Les deux victimes ont été abattues vers 20 heures 50 alors qu'elles se trouvaient à la terrasse d'un bar situé rue d'Alésia, dans le 14è arrondissement de Paris, par un homme qui a tiré "une balle" sur chaque victime.

Les deux victimes, qui fréquentaient très régulièrement la terrasse du "Café Chineur", ont tenté de se réfugier à l'intérieur du bar. L'homme est décédé sur place et la jeune femme lors de son transfert vers l'hôpital.

D'après nos informations, l'une des victimes était âgée de 25 ans. Il n'était pas français. Il n'était connu des services de police que pour une infraction à la législation sur les étrangers. La femme avait quant à elle 23 ans et vivait dans ce quartier du 14ème arrondissement. Sa mère a été entendue par la police. Les 2 amants ne vivaient pas ensemble. Mais ils étaient en couple depuis plusieurs mois. Et avaient l'habitude de se retrouver dans ce café.

Un tireur solitaire ?

La brigade criminelle de la police judiciaire parisienne a été saisie de l'enquête sur ce double homicide, une affaire "assez mystérieuse" dont les motifs sont pour l'instant inconnus, selon Jean-Jacques Herlem, sous-directeur de la police judiciaire.

Le tireur est toujours en fuite. La police va chercher à déterminer s'il a agit seul ou avec des complices comme le prétendent certains témoins de ce double meurtre.

Nathalie Kosciusko-Morizet, candidate UMP à la mairie de Paris et qui habite "à 200 mètres", s'est rendue devant le café après avoir été prévenue par des amis. "Mes enfants vont dans deux écoles du quartier. Je suis choquée, émue. On ne peut pas ne pas faire le lien avec les inquiétudes croissantes en matière de sécurité, même si on ne sait rien de plus à ce stade", a-t-elle déclaré.

La rédaction