BFMTV

Paris: les crémations ont doublé au Père-Lachaise au plus fort de la crise sanitaire

Le crématorium du Père Lachaise est déjà complet

Le crématorium du Père Lachaise est déjà complet - CHRISTOPHE ARCHAMBAULT / AFP

Particulièrement touchée par l'épidémie de coronavirus, l'Île-de-France a vu le nombre d'incinérations grimper au début du mois d'avril. Les familles de défunts ont cependant davantage opté pour les inhumations, notamment faute de crématoriums disponibles.

Les chiffres donnent un aperçu de l'ampleur de l'épidémie de coronavirus en Île-de-France. Sur ce territoire particulièrement touché, les travailleurs du secteur funéraire ont croulé sous les demandes des familles de défunts. Interrogés par Le Monde, les patrons du groupe Funecap, gestionnaire du crématorium du Père-Lachaise, à Paris, Xavier Thoumieux et Thierry Gisserot, ont observé "un doublement des crémations quotidiennes".

"Nous avons dépassé les 1000 crémations mensuelles, contre 500 habituellement", expose Thierry Gisserot. Un bilan qui s'explique par le triplement du nombre de décès recensés dans la région entre début mars et la première quinzaine d'avril. 

"Au plus fort de la crise, le nombre de décès quotidiens a dépassé 600, la première quinzaine d’avril, contre un peu plus de 200 les quinze premiers jours de mars", poursuit-il.

Des délais d'attente plus longs

Si le nombre d'incinérations a bondi au crématorium du Père-Lachaise, la part des crémations s'est réduite par rapport aux inhumations. Xavier Thoumieux en explique la raison: "les familles ont opté pour l’inhumation, plus rapide à réaliser puisqu’il existe bien plus de cimetières que de crématoriums".

Conséquence: "En région parisienne, l’augmentation des volumes des décès a entraîné un allongement des délais d’attente pour les obsèques, pouvant atteindre quinze à vingt jours", souligne l'intéressé. De quoi compliquer encore un peu plus le processus de deuil des familles, "faute d’avoir pu se recueillir devant le défunt ou d’avoir été réunies au moment des funérailles".

Florian Bouhot