BFMTV

Paris: le campement de migrants de La Chapelle devrait être évacué dans la journée

La mairie évoque des raisons sanitaires au démantèlement, et précise que toutes les familles qui le souhaitent pourront être relogées. 400 personnes habiteraient dans ce bidonville du 10e arrondissement de Paris.

"Nous souhaitons, pour des questions d’hygiène et de santé, que les gens ne puissent pas rester comme ça", tranche Dominique Versini, maire adjointe de Paris chargée de la solidarité, interrogée par BFMTV.

La mairie aurait donc décidé de déloger les migrants qui campent sous le métro aérien, entre les stations de métro Barbès et La Chapelle, dans le 10e arrondissement de Paris. L’évacuation pourrait avoir lieu dès ce jeudi, selon RTL.

"Nous ne voulons pas partir"

Ils seraient près de 400 à vivre là, dans des tentes ou sur des matelas, venus de toute l’Afrique. Les conditions de vie sont exécrables: le campement est sous une voie de métro aérien et au-dessus des lignes de train de la gare du Nord, et une odeur d’urine se fait sentir à l’approche du lieu.

Certains migrants espèrent rejoindre l’Angleterre, d’autres cherchent une solution légale à leur situation. "Nous sommes là, en France, nous ne voulons pas partir", témoigne l’un d’entre eux, qui préfère garder l’anonymat. 

Le démantèlement se fera "dans la dignité", "tous ceux qui le souhaitent pourront être relogés", précise la mairie. Les associations, elles, dénoncent une mesure inutile: "Nous demandons que le travail se fasse plus en anticipation, pour que des campements indignes comme celui-ci ne se reproduisent plus", déclare Bruno Morel, directeur général d’Emmaus Solidarité.

J.S