BFMTV

Papillomavirus: le vaccin bientôt recommandé aux jeunes garçons?

Un biologiste américain travaille sur un traitement contre les cancers HPV+, le 7 février 2018.

Un biologiste américain travaille sur un traitement contre les cancers HPV+, le 7 février 2018. - SAUL LOEB / AFP

La Haute Autorité de santé a été saisie par le ministère de la Santé pour essayer de "freiner la transmission" des papillomavirus humains, responsables de plusieurs cancers.

La Haute Autorité de santé (HAS) souhaite étendre aux jeunes garçons la recommandation du vaccin contre les papillomavirus humains (HPV), selon un projet publié ce mercredi. L'avis sera soumis à une consultation publique pendant quatre semaines. Dans les faits, "la HAS recommande l'élargissement de la vaccination anti-HPV pour tous les garçons de 11 à 14 ans, avec un rattrapage possible pour tous les adolescents et jeunes adultes de 15 à 19 ans."

Freiner la transmission

L'autorité sanitaire a été saisie par le ministère de la Santé pour réfléchir aux moyens de "freiner la transmission" de ces virus responsables de plusieurs types de cancers et pour lequel la couverture vaccinale "reste insuffisante" (inférieure à 30%) "au regard des objectifs fixés à 60% par le plan cancer 2014-2019."

En France, la vaccination est aujourd'hui recommandée et remboursée pour toutes les jeunes filles de 11 à 14 ans et entre 15 et 19 pour le rattrapage. Elle est aussi recommandée jusqu'à l'âge de 26 ans chez les hommes ayant des relations sexuelles avec d'autres hommes et chez les patients immunodéprimés.

1750 nouveaux cas chez les hommes chaque année

Les infections sexuellement transmissibles liées à ce virus peuvent provoquer des cancers chez les femmes mais aussi chez les hommes -du col de l'utérus, du vagin, du pénis, de l'anus ou de la gorge. Environ 1750 nouveaux cas de cancers causés par les papillomavirus surviennent chez année en France chez les hommes, et 4580 chez les femmes. Le seul cancer du col de l'utérus est responsable de la mort de 1100 femmes chaque année en France et 2900 nouveaux cas sont dépistés.

Certains pays, comme les États-Unis, recommandent déjà que tous les préadolescents soient vaccinés contre le papillomavirus avant d'y être exposés, à l'âge de 11 ou 12 ans. L'Académie de médecine ainsi qu'une cinquantaine de sociétés et de syndicats médicaux se sont déjà prononcés en faveur d'une extension de la vaccination aux jeunes garçons au mois de mars.

Une stigmatisation liée à l'orientation sexuelle

La Haute Autorité de santé appuie sa recommandation sur des arguments médicaux, soulignant que "les premières données disponibles sont en faveur d'une possible efficacité des vaccins dans la prévention des cancers de la sphère ORL." Mais souligne aussi que "la vaccination contre les HPV limitée aux filles et aux hommes ayant des relations sexuelles avec des hommes pose des question d'éthique, d'égalité d'accès à la vaccination et de stigmatisation liée à l'orientation sexuelle et au non-respect de la vie privée."

Les coûts de santé liées aux papillomavirus en France représentent plus de 500 millions d'euros par an, a insisté l'Académie de médecine dans un rapport publié fin septembre, qui déplore que la vaccination des filles - toujours inférieure à 20%, soit la plus basse d'Europe. La Haute autorité de santé invite les acteurs concernés par la politique vaccinale (associations de patients, collèges nationaux professionnels...) à formuler leur avis sur le sujet. Les contributions seront analysées pour aboutir à une recommandation finale.

R.Ga avec AFP