BFMTV

"On est là! On est là": d'où vient cet hymne entonné dans toutes les manifestations

Manifestation des gilets jaunes à Aix-en-Provence le 22 décembre 2018

Manifestation des gilets jaunes à Aix-en-Provence le 22 décembre 2018 - Clément Mahoudeau - AFP

Ce chant claironné à chaque rassemblement trouve en fait son origine chez les supporteurs de football, dans les tribunes du RC Lens et de l'OM, avant que les gilets jaunes ne s'en emparent.

"On est là! On est là! Même si Macron ne veut pas nous on est là. Pour l'honneur des travailleurs et pour un monde meilleur, même si Macron ne veut pas nous on est là". Entonné systématiquement dans les rassemblements contre la réforme des retraites, cet air fait désormais partie des classiques des chants de manifestations.

Entraînant, l'air a été adapté et popularisé avec les rassemblements des gilets jaunes, qui ont commencé il y a plus d'un an. Ce chant prend ses origines dans les stades de football, depuis plusieurs années déjà, avec les supporteurs du Racing Club de Lens mais aussi de l'Olympique de Marseille. Il n'est alors pas politique.

Des clubs de football aux manifestations

"On est là! Dans le malheur ou la gloire nous on est là! Pour l'amour du maillot que vous portez sur le dos, dans le malheur ou la gloire nous on est là!", peut-on entendre dans une vidéo de supporteurs de Lens postée en 2016. Une variante se retrouvant dans les tribunes de l'OM déjà en 2012 donne: "On est là! Même si vous l'méritez pas nous on est là".

Alors comment ce chant est-il passé des clubs de football aux manifestations des gilets jaunes? Le média CheckNews avait essayé de remonter en décembre la chronologie de ce chant. Une des premières traces en ligne figure dans une vidéo postée en septembre 2017 lors d'une manifestation à Lille contre la loi Travail.

"Contre la loi Travail on est là, contre les capitalos à qui on fera la peau, dans le bonheur et la joie on est là", peut-on entendre à la toute fin de la vidéo.

Popularisé par les cheminots

Mais la popularisation de cet air lors des manifestations qui ont suivi revient semblerait-il aux cheminots. Lors d'une grève historique en 2018, des cheminots lyonnais ont repris à plusieurs reprises ce chant, avec des paroles encore une fois différentes:

"On est là, même si vous ne voulez pas, nous on est là. Pour l’honneur des cheminots et l’avenir de nos marmots, même si vous ne voulez pas, nous on est là. On est là, même si vous ne voulez pas, nous on est là. Pour les usagers du rail, on continue la bataille, même si vous ne voulez pas, nous on est là".

Quelques semaines plus tard commencera le mouvement des gilets jaunes, qui s'étalera sur plus d'un an, et continue encore aujourd'hui d'exister. Comme le précise CheckNews, dès le deuxième weekend de mobilisation des gilets jaunes, l'air a été entonné, mais par les cheminots, "qui apportaient leur combativité pour recharger les batteries des gilets jaunes" écrit Révolution Permanente, site d´information du Courant Communiste Révolutionnaire du NPA, en novembre 2018.

La version actuelle dès "l'acte III"

D'après le média étaient entonnées les paroles suivantes, très approchantes de celles entendues actuellement: "On est là. On est là. Même si vous ne le voulez pas, nous on est là. Pour l’honneur des travailleurs et pour un monde meilleur. Même si vous ne le voulez pas, nous on est là".

Anasse Kazib, cheminot syndiqué à Sud Rail, avait raconté à Révolution Permanente de quelle façon le chant était arrivé dans les manifestations parisiennes.

Il se souvient comment un collègue "a pensé une version plus adaptée pour manifester avec les gilets jaunes. Et c’est lors de l’Acte 3, le 1er Décembre que nous avons remonté l’avenue de Friedland [VIIIe arrondissement de Paris, ndlr] avec notre banderole 'Cheminots – Gilets Jaunes Même Macron Même Combat' en chantant la version reprise aujourd’hui par tous les gilets jaunes".
Salomé Vincendon