BFMTV

Nouvel appel à témoins en France pour les jumelles disparues

Un nouvel appel à témoins a été lancé vendredi soir par en France par la police judiciaire, qui enquête sur le sort des jumelles de six ans disparues depuis leur enlèvement par leur père le 30 janvier dans le canton de Vaud, en Suisse. /Photo d'archives/R

Un nouvel appel à témoins a été lancé vendredi soir par en France par la police judiciaire, qui enquête sur le sort des jumelles de six ans disparues depuis leur enlèvement par leur père le 30 janvier dans le canton de Vaud, en Suisse. /Photo d'archives/R - -

MARSEILLE (Reuters) - Un nouvel appel à témoins a été lancé vendredi soir par les policiers qui enquêtent sur le sort des jumelles de six ans...

MARSEILLE (Reuters) - Un nouvel appel à témoins a été lancé vendredi soir par les policiers qui enquêtent sur le sort des jumelles de six ans disparues depuis leur enlèvement par leur père le 30 janvier dans le canton de Vaud (Suisse).

Les recherches réalisées en France par la police judiciaire semblent localiser Matthias Schepp et ses deux fillettes le dimanche 30 janvier en soirée ainsi que le lundi matin suivant dans la région de Montélimar (Drôme).

"Il a certainement, lors de la soirée du 30 au 31 janvier, été amené à se restaurer et/ou loger dans un hôtel du département", précise l'appel à témoins.

Les enquêteurs cherchent toujours à reconstituer précisément le périple de Matthias Schepp, parti de Saint-Sulpice, dans le canton de Vaud, en Suisse, le 30 janvier, jusqu'à Cerignola, dans la région des Pouilles, où il s'est jeté sous un train le 3 février.

Les policiers ont perdu la trace des fillettes sur le ferry "Scandola", qui assurait la traversée entre Marseille et Propriano (Corse-du-Sud) dans la nuit du 31 janvier au 1er février.

"Sa présence était signalée à bord du bateau, celle des jumelles au travers des divers témoignages est incertaine", précisent les enquêteurs.

Le 1er février, Matthias Schepp a acheté un billet de passage sur un ferry au départ de Bastia (Corse) pour Toulon (Var).

L'homme âgé de 43 ans a envoyé depuis le sud de l'Italie, peu avant de se suicider, une lettre à sa femme dans laquelle il fait état de la mort des fillettes.

Jean-François Rosnoblet