BFMTV

Nouveaux "actes de vandalisme" sur des péages du sud

Certaines occupations de péage ont donné lieu à des dégradations importantes en marge du mouvement des gilets jaunes, notamment dans le sud de la France (image d'illustration)

Certaines occupations de péage ont donné lieu à des dégradations importantes en marge du mouvement des gilets jaunes, notamment dans le sud de la France (image d'illustration) - Gérard Julien - AFP

Vinci Autoroutes a fait état d'une "nuit marquée par plusieurs actes de vandalisme" avec de nouvelles dégradations sur des péages et des échangeurs d'autoroutes. Certains ont dû être fermés.

Des péages de nouveau pris pour cible. Des détériorations et des incendies ont à nouveau été commis dans la nuit de samedi à dimanche sur des péages et des échangeurs d'autoroutes du sud, en marge du mouvement des gilets jaunes, a appris l'AFP de sources concordantes.

Dimanche matin, l'exploitant Vinci Autoroutes a fait état "d'une nuit marquée par plusieurs actes de vandalisme" sur des autoroutes, avec notamment l'incendie de l'échangeur de Lézignan (A61). "La sortie reste fermée dans les deux sens", ont indiqué les pompiers dimanche.

Intervention des forces de l'ordre et des pompiers

Sur l'autoroute A9, dans l'Aude, les échangeurs de Narbonne Sud et Agde restent eux aussi fermés en entrée comme en sortie, selon la même source. Cette zone avait déjà été prise pour cible et incendiée début décembre.

Des dégradations ont également eu lieu aux péages de Narbonne Est et de Sigean (A9). Les échangeurs ont pu rouvrir rapidement après l'intervention des forces de l'ordre et des pompiers, a souligné Vinci dans un communiqué.

Les échangeurs de Chanas, Bollène et Orange Sud sur l'A7 sont également fermés, ajoute Vinci.

"Plusieurs dizaines de millions d'euros" de dégâts

Depuis le début du mouvement des gilets jaunes, de nombreux barrages de péage ont été vandalisés, à l’instar de celui incendié à Bandol (Var) dans la nuit de lundi à mardi.

Face aux dégâts, il y a une semaine, le groupe de BTP et de concessions Vinci avait estimé à "plusieurs dizaines de millions d'euros" le montant des dégâts commis sur l'ensemble de son réseau lors et en marge des manifestations des gilets jaunes depuis un mois.

Sa. V avec AFP