BFMTV

Nord: des riverains d'une usine de frites se plaignent des nuisances sonores et olfactives

Des dizaines de plaintes ont été déposées au mois de mai contre l'usine Clarebout Potatoes, qui projette de construire un second entrepôt.

Clarebout-Potatoes est située à Warneton, en Belgique, mais les nuisances qu'elle produit importunent les habitants du petit village français de Deûlémont, situé de l'autre côté de la Lys, dans le Nord. Cette usine de frites surgelées accusée de pollution sonore et olfactive des deux côtés de la frontière enchaîne les polémiques depuis plusieurs semaines.

Rien qu'au mois de mai, l'association belge Comines-Warneton Environnement a recensé 44 plaintes pour nuisances olfactives déposées par des riverains français et belges de l'usine, et 43 plaintes pour nuisances sonores, toutes issues de résidents du Nord.

"Tous les jours, on est obligés de rester enfermés. On ne peut pas ouvrir nos fenêtres pour aérer puisque ça sent le graillon, l'oeuf pourri", témoigne une habitante de Deûlémont, qui avait opté pour cette petite ville dans l'espoir de vivre tranquillement à la campagne. "En aucun cas je ne pensais avoir toutes ces nuisances dues à une seule entreprise", explique-t-elle.

La construction d'un nouvel entrepôt inquiète

Un ras-le-bol général qui a grandi ces derniers mois alors que Clarebout-Potatoes projette de construire un second entrepôt de production de frites surgelées. Du côté belge comme français, les habitants craignent ainsi que la construction de ce potentiel second "frigo" ne fasse que générer deux fois plus de nuisances sonores et olfactives.

D'autant que les Deûlémontois subissent déjà les effets indésirables de la construction, le long de la Lys et près de l'usine à frites, d'une plateforme portuaire de déchargement, qui a débuté il y a quelques mois en Belgique.

Juliette Mitoyen