BFMTV

Noms de rues imprécis, numéros absents… la commune de Pertuis met fin à l'anomalie administrative

Depuis plusieurs décennies, de nombreux noms de rues et numéros de maisons sont absents de la commune de Pertuis, dans le Vaucluse. Une irrégularité qui a fini par alerter la mairie.

À Pertuis, dans le Vaucluse, trouver quelle maison appartient à quel habitant n'était pas chose aisée. La plupart des 18.000 habitants vivaient depuis plusieurs décennies sans avoir une adresse précise, avec un numéro et un nom de rue.

"La ville de Pertuis, qui était plutôt rurale, s'est vue remplie de lotissements. On est sur des chemins qui existent en tant que chemins ruraux, et personne ne sait qu'ils mènent à des maisons", explique Jean-Michel Aplana, le délégué à l'urbanisme également en charge de la direction de la numérotation du recensement de la ville.

En 2010, la commune s'est rendue compte du problème, au moment d'un recensement de la population par l'Insee. "La population de Pertuis avait baissé. Or, tous les indicateurs sont au contraire sur une croissance de population, compte tenu du développement de la commune", raconte le maire Roger Pellenc.

80 noms de rues à trouver

Pour effectuer un recensement sur une ville de plus de 10.000 habitants, la loi "Informatiques et libertés" oblige l'Insee à lister les noms de rues au lieu des prénoms et noms des habitants. Dans le cas de Pertuis, l'ordinateur de l'institut a détecté un trop grand nombre de doublons, empêchant un recensement exhaustif.

Depuis, la commune s'attelle à la correction de cette anomalie administrative. La mairie a mis en place un service, composé de quatre personnes, chargé de donner un nom à chaque rue et un numéro cohérent à chaque maison. Il lui faut désormais 80 noms pour refaire le cadastre de Pertuis.

"L'opération est très avancée, le répertoire des voies est fait, il ne manque que quelques noms", s'enthousiasme Jean-Michel Aplana, ajoutant qu'il "faut que les gens fassent une demande de changement d'adresse".

Selon lui, l'idéal serait que la situation soit définitivement réglée avant 2020. Une rentrée dans le rang qui devrait faciliter le travail des secours ou encore du postier, qui était jusque-là déboussolé.

F. H. avec Sabrina Gotlib et Christophe Carnino