BFMTV

Moscou offre le sapin du parvis de Notre-Dame

Le sapin a été illuminé samedi dernier, en présence de l'ambassadeur de Russie.

Le sapin a été illuminé samedi dernier, en présence de l'ambassadeur de Russie. - Stéphane de Sakutin - AFP

L'Eglise a demandé aux ambassades étrangères de financer le plus grand sapin de Paris, et les Russes ont répondu en premier. Alors que la France vient de refuser de livrer ses Mistral, les médias russes soulignent leur générosité nationale.

Trêve de Noël ou pique diplomatique? Cet hiver, le plus grand arbre de Noël de Paris est un cadeau made in Russia, entièrement financé par Moscou.

Samedi dernier, l'ambassadeur et le représentant du gouvernement russes à Paris ont assisté à l'illumination du sapin de 25 mètres de haut, en compagnie du recteur-archiprêtre, Monseigneur Patrick Jacquin, et de l'archevêque de Paris, le cardinal André Vingt-Trois.

D'habitude, l'arbre est payé par la cathédrale et les commerçants du quartier. Mais cette année, "le devis a doublé pour atteindre 80.000 euros, explique Mgr Jacquin au Monde. Nous avons dû chercher de nouveaux financements, notamment auprès des ambassades étrangères."

Le premier Mistral ne sera pas livré avant le respect du cessez-le-feu

Moscou a sauté sur l'occasion. Mais alors que le conflit entre l'Ukraine et la Russie continue, les relations entre la Russie et la France se sont nettement rafraîchies, Paris ayant reporté "jusqu'à nouvel ordre" la livraison du premier navire Mistral à Moscou tant que le cessez-le-feu ne sera pas "entièrement respecté" en Ukraine.

"Le Président de la République considère que la situation actuelle dans l’est de l’Ukraine ne permet toujours pas la livraison du premier BPC (Bâtiment de projection et de commandement, Ndlr). Il a donc estimé qu’il convenait de surseoir, jusqu’à nouvel ordre, à l’examen de la demande d’autorisation nécessaire à l’exportation du premier BPC à la Fédération de Russie", a ainsi indiqué l'Elysée mardi. 

En parallèle, l'Europe, les Etats-Unis et leurs alliés imposent des sanctions économiques sévères à la Russie, ce qui contribue aux tensions franco-russes. Dans ce contexte, le sapin offert à Paris par Moscou n'est pas forcément qu'un "merveilleux symbole de l'unité, la fraternité et la compréhension mutuelle entre les peuples chrétiens", comme l'a déclaré le représentant du gouvernement russe à Paris, Igor Tkatch, au Figaro.

Un sapin ukrainien en 2015?

"Cette année, les Parisiens n'ont plus assez d'argent pour leur arbre de Noël", a ainsi raillé une chaîne d'information publique russe. Les médias gouvernementaux à destination des étrangers, comme Russia Today ou la radio La Voix de la Russie, ont été les premiers à partager cette information.

L'Eglise se défend de s'être immiscée dans les affaires internationales. "On peut célébrer l’amitié franco-russe sans penser à cela", a déclaré Mgr Jacquin au Monde. "Même les plus grands martyrs sont instrumentalisés... "

D'ailleurs, le recteur-archiprêtre affirme que d'autres ambassades ont été contactées pour aider les Parisiens à célébrer Noël l'année prochaine. Parmi elles, l'Autriche… Et l'Ukraine.

J.S