BFMTV

Migrants: évacuation de deux campements à Paris

Le site du quai d'Austerlitz, dans le sud-est de Paris, regroupe quelque 800 personnes, l'autre, sur le parvis de la mairie du XVIIIe arrondissement, dans le nord de la capitale, environ 150.

La mairie de Paris a ordonné jeudi matin que les évacuations des campements de migrants d'Austerlitz et de la mairie du 18e étaient en cours d'évacuation par les services sociaux de la ville. Près de 800 personnes y vivaient. La maire de Paris Anne Hidalgo avait annoncé sur BFMTV mardi que les migrants seraient relogés dans l'un des centres ouverts ces dernières semaines dans la capitale et ses environs. Selon la mairie, chaque personne va se voir proposer un hébergement d'un mois minimum et un transport en car est mis en place.

Le site du quai d'Austerlitz, dans le sud-est de Paris, regroupe quelque 400 personnes, l'autre, sur le parvis de la mairie du XVIIIe arrondissement, dans le nord de la capitale, environ 150. "Ce n'est pas une opération de police", insiste Jean-Sébastien Lamontagne, directeur de cabinet du préfet de la région Ile-de-France, présent sur le site d'Austerlitz, évoquant une opération de "mise à l'abri".

"Ce n'est pas une vie de vivre sous une tente"

"Ce n'est pas une vie de vivre sous une tente, raconte un migrant à BFMTV. On a été réveillé pour nous préparer à prendre les bus car la mairie nous donne un hébergement". Des documents en français, anglais et arabes leur sont distribués. On leur explique qu'ils vont être hébergés et qu'ils pourront ensuite faire une demande d'asile.

Pascal Brice, de l'Office français de protection des réfugiés et apatrides (Ofpra), s'adresse à eux, chacune de ses phrases traduite en arabe et applaudie par les migrants. "Des bus vont vous conduire dans des hébergements à Paris et autour de Paris pour vous accueillir dignement (...) Vous aurez de la nourriture et l'administration viendra s'occuper de la situation de chacun d'entre vous" , leur dit-il.

Une évacuation validée par la justice

Ces opérations surviennent au lendemain de l'annonce par le gouvernement d'un déblocage de plusieurs centaines de millions d'euros pour l'accueil des réfugiés et des SDF, lors d'un débat à l'Assemblée sur l'accueil des réfugiés, convoqué après la décision de François Hollande d'accueillir en urgence un millier de réfugiés pour soulager l'Allemagne.

La justice avait donné son feu vert vendredi dernier à l'évacuation du campement d'Austerlitz, qui rassemblait tout récemment près de 200 tentes plus ou moins dispersées, autour du pont Charles-de-Gaulle et jusqu'à la Cité de la mode et du design, en bordure de Seine.

Début juin, un autre campement installé sous la station de métro de La Chapelle, dans le nord de Paris, avait été évacué, alors qu'il comptait lui aussi près de 400 personnes installées dans des conditions indignes.

S.A. avec AFP