BFMTV

Migrants de Grande-Synthe: le préfet met en demeure le maire de sécuriser le camp

BFMTV

L'Etat s'empare de la question du camp de Grande-Synthe, dans le Nord. Le préfet a mis en demeure le maire de la ville de sécuriser la nouvelle installation humanitaire visant à accueillir les migrants. La préfecture demande au maire de la ville de retirer son arrêté de sécurité, pris dans la journée de lundi, permettant l'ouverture d'un nouveau camp.

"Inquiet des dangers relevés par la commission communale de sécurité", le préfet a "mis en demeure le maire de Grande-Synthe de rapporter sans délai l'arrêté municipal" de lundi qui autorise "malgré l'avis défavorable de ladite commission" l'ouverture de ce camp où ont déjà été transférés lundi environ 400 migrants depuis un camp voisin insalubre. 

Cette journée de lundi a été le théâtre d'un bras de fer entre l'Etat et la municipalité de Grande-Synthe. Alors que les migrants devaient quitter la "jungle" de la ville pour s'installer dans un camp aux normes internationales, dans l'après-midi, la préfecture du Nord, défavorable depuis le départ à la création d'un camp, a demandé à la police de ne pas autoriser de nouvelles entrées sur le site jusqu'à l'inspection d'une commission locale de sécurité.

Le maire (EELV) de Grande-Synthe Damien Carême a ensuite pris un arrêté déclarant conformes les conditions de sécurité, malgré l'avis contraire - mais uniquement consultatif selon lui - des représentants de la police et des pompiers venus sur place. L'interruption des arrivées a duré près d'une heure.

la rédaction avec AFP