BFMTV

Médicaments en grande surface : une ouverture de marché qui divise

-

- - -

Les pharmaciens le redoutent : l'ouverture de la vente de médicaments en dehors des pharmacies. L’autorité de la concurrence rend ce jeudi les conclusions de sa longue enquête sur les médicaments.

Les médicaments en grandes surfaces, c'est sans doute pour demain. Une enquête de l'autorité de la concurrence doit rendre ses conclusions ce jeudi et dire, si oui ou non, il faut autoriser la vente de médicaments sans ordonnance en dehors des pharmacies.

L'intérêt est simple : casser le monopole des pharmacies permettrait de faire baisser les prix de ces médicaments. Cela a pu être constaté dans les pays qui ont libéralisé le secteur, comme l'Italie ou le Portugal. Pourtant à en croire les pharmaciens, la qualité de service qu'ils apportent ne sera plus délivrée et c'est le patient qui en subira les conséquences.

"Un gain de 270 millions d'euros par an".

Les précédentes enquêtes, menées par les associations comme l'UFC Que Choisir, montrent très clairement que dans les pays où le secteur a été libéralisé, les prix ont mécaniquement chuté. Les prix baisseraient également chez les pharmaciens qui devront s'aligner sur la concurrence. Les pharmaciens insistent sur leur valeur ajoutée : leur compétence.

Matthieu Escot, chargé de mission Santé à l'UFC-Que Choisir insiste sur le fait qu'ouvrir la vente de médicaments aux grandes surfaces fera baisser les prix."La libéralisation des médicaments sans ordonnance sous le contrôle d'un pharmacien mais en grande surface ou parapharmacie permet des économies très importantes pour les consommateurs qui peuvent atteindre jusqu'à 16% de baisse du prix moyen", estime-t-il soit "un gain pour les consommateurs de 270 millions d'euros par an".

Président de l'Union des Syndicats de Pharmaciens d'Officine, Gilles Bonnefond n'y croit pas. "C'est une baisse des prix artificielle. Ca baisse pendant deux mois et après les grandes surfaces s'alignent sur le marché. (...) On n'a pas un problème de prix en France bien au contraire. Entre l'image et la réalité quand on compare les prix, il y a une énorme différence".

|||>> Votez. Autoriser les médicaments en grandes surfaces ?

La rédaction avec B. Smadja